Follow by Email

samedi 31 janvier 2015

PEQUEÑO APUNTE DEL DÍA | CATAPULTA

PEQUEÑO APUNTE DEL DÍA | CATAPULTA

SÍNODO: EL CANGREJAL SIGUE CON SUS APRIETES

reinhard-marx-3-540x3041) El arzobispo de Munich, Reinhard Marx y miembro del Consejo de Cardenales, fue entrevistado por America, la revista de los jesuitas de USA y estas son algunas de sus respuestas:

"El Evangelio no es nuevo, pero Francisco lo está expresando en una nueva forma y está inspirando a muchísima gente en todo el mundo. Este pontificado ha abierto nuevos senderos"

Sobre el debate en el Sínodo sobre divorcio y nuevo matrimonio contestó:
"Me sorprende que alguien diga que todo está claro ,porque no lo está. Las cosas no están claras. El Sínodo está justamente preocupado, porque se trata de plantear la enseñanza de la Iglesia de manera más nueva y accesible, mientras se buscan nuevos medios para llegar a los fieles. Es muy importante señalar que el Sínodo no está animado por el todo o nada" porque eso no es un buen camino".

Estoy sorprendido porque estuve con jóvenes, incluso homosexuales, que esperan que su relación dure toda la vida. Esa actitud es un signo de que la enseñanza de la iglesia sobre la durabilidad del matrimonio debe encontrar un público preparado"

Nota catapúltica

¿Preparado para qué? ¿Para que vivan sin casarse y para que el "matrimonio" de dos homosexuales dure toda la vida, viviendo en pecado mortal?

"La Iglesia debe contemplar las relaciones irregulares, sin condenarlas, porque no es posible decir que una relación es totalmente negativa, si la pareja practica la fidelidad, y está esperando o planificando su vida, para que después de diez años encuentren el camino para comulgar"

http://www.catholicculture.org/news/headlines/index.cfm?storyid=23813

Nota catapúltica

No es casualidad que el corresponsal en Roma de America sea Gerard O´Connell, un jesuíta reducido al estado laical y actual marido de Elisabetta Piqué, la fidelísima chupatintas de Francisco.

Cupich_22) El arzobispo Blase Cupich, nuevo arzobispo de Chicago, también fue interrogado acerca del Sínodo y así contestó:

"Es verdad que tres de los parágrafos(sobre el divorcio y los homosexuales),pero consiguieron algo más que la mayoría. Esto es lo nuevo".

"La nuestra es una tradición viviente, no porque lo digamos nosotros, sino porque Cristo siempre está haciendo algo nuevo en la vida de la Iglesia. En la Evangelii gaudium del Papa Francisco hay una sección entera en la que dice que Cristo siempre hace algo nuevo en las vidas de su pueblo, mientras las acompaña"

Texto completo de la entrevista en http://rorate-caeli.blogspot.com/2015/01/kasperite-indoctrination-for.html#more

Y en otra de sus irresponsables andanzas -casi demenciales- Francisco acaba de recibir a un transexual y a su "novia". Quizás los invite a disertar en el Sínodo de octubre…

DECLARACIÓN DEL INSTITUTO DE FILOSOFÍA PRÁCTICA ACERCA DEL HOMICIDIO y DE LA BLASFEMIA. | CATAPULTA

DECLARACIÓN DEL INSTITUTO DE FILOSOFÍA PRÁCTICA ACERCA DEL HOMICIDIO y DE LA BLASFEMIA. | CATAPULTA

"Respeto por el hombre… Si el respeto al hombre está fundamentado en el corazón de los hombres, éstos acabarán por entronizar el sistema social, político o económico que consagrará este respeto"

Antoine de Saint-Exupéry

"La verdadera cuestión planteada por esta historia no es la de la libertad de expresión sino la del respeto"

Una estudiante de Georgia, Universidad París I Pantheón-Sorbonne

I.-

El mundo periodístico y el político -sobre todo europeo- se encuentran inquietos hace días por dos masacres cometidas en Francia con la invocación del nombre de Alá.

Como las usinas de la confusión todo lo embarullan urge manifestarse para formular algunas aclaraciones (no nos ocuparemos de los casos de legítima defensa, de guerra y de pena de muerte dictada por autoridad competente después de un juicio público, porque no es pertinente hacerlo aquí); estos son todos homicidios, alcanzados por el mandato bíblico: "No matarás" (Éxodo, 23, 7).

El terrorismo siempre es injusto; no discrimina entre culpables e inocentes y cuántos más inocentes mata o hiere o mutila, para su repercusión, su publicidad, y siembra de miedo y terror, es mejor.

II.-

En Francia murieron catorce personas (dibujantes, periodistas, policías, clientes de un supermercado). Todos murieron asesinados sin discriminación alguna, al grito de ¡Allah akbar! ¡Alá es grande!; fueron asesinados en nombre de un dios.

En septiembre del año pasado, Abud Muhamad al Adriani, portavoz del Estado Islámico señala el objetivo: conquistar Roma, exterminar a los infieles, pero también alude a los medios: "Colocad el explosivo en sus calles. Atacad sus bases, haced irrupción en sus casas. Cortadles la cabeza. ¡Qué no se sientan seguros en ninguna parte! Si no podéis encontrar el explosivo o las municiones aislad a los Americanos infieles, a los Franceses infieles o a cualquier aliado de ellos; rompedles el cráneo con golpes de piedra, matadlos con un cuchillo, atropelladlos con vuestro auto, arrojadlos al vacío, sofocadlos o envenenadlos" (Roberto de Mattei, Corrispondenza Romana, 14/1/2015). Ya tenemos un caso de atropellamiento colectivo con varios heridos, uno de los cuales murió.

III.-

Los dibujantes satíricos asesinados fueron acusados de "blasfemia" contra Alá y su Profeta. En este caso podríamos hablar de una falta de respeto, de consideración, a las convicciones subjetivas de los musulmanes. Y toda falta pública dirigida a ofender al prójimo no es justa. Incluso cuando afecta a creencias erróneas. No se respeta al error, sino a la persona que está equivocada, lo cual no significa que esa persona pueda poner en acto sus convicciones erróneas y matar, violar, raptar, secuestrar, esclavizar, incendiar o someter un régimen vejatorio a los demás.

Pero los dibujantes han cometido blasfemias cuando en reiteradas oportunidades se ocuparon del Dios verdadero, del Dios trinitario, del Dios cristiano. Sus dibujos son blasfemos y como lo expone el Catecismo de la Iglesia Católica: "la blasfemia se opone directamente al segundo mandamiento. Consiste en proferir contra Dios… palabras de odio, de reproche, de desafío; en injuriar a Dios, faltarle el respeto en las expresiones, en abusar del nombre de Dios… La profesión de la blasfemia se extiende a las palabras contra la Iglesia de Cristo, los santos y las cosas sagradas. Es también blasfemo recurrir al nombre de Dios para justificar prácticas criminales, reducir pueblos a servidumbre, torturar o dar muerte" (2148).

Magnífico este artículo porque abarca a muchos incluidos en el asunto: las más importantes de las víctimas y los victimarios. A los dibujantes, que muestran hasta donde llega su desprecio de Dios y de las cosas santas, y a los victimarios que dieron muerte a sus víctimas al grito de: Alá (su dios) es grande.

IV.-

Veamos ahora que dice el nuevo Código de Derecho Canónico, acerca del tema: el artículo 1369 dispone: "Quien… en un escrito divulgado, o de cualquier otro modo por los medios de comunicación social profiere una blasfemia… debe ser castigado con una pena justa".

Zineb el Rhazoui, redactora árabe de "Charlie Hebdo" declaró respecto a la publicación: "Hoy tenemos la certeza, más que antes, de que lo que hacemos es justo" (La Nación, 15/1/2015). La ministra de justicia, Christiane Taubira, afirmó que "en Francia, el país de Voltaire y de la irreverencia tenemos el derecho de burlarnos de todas las religiones" (Clarín, 15/1/2015). Y Rosa Douthat en el New York Times afirma: "liberalismo y libertad reclaman que el derecho a ofender sea bienvenido y defendido" (Diritto di ofendere, Corriere della Sera, 9/1/2015).

Y aquí las tres entran de lleno en el campo del derecho en dos de sus acepciones principales: "lo justo" y el "derecho subjetivo o como poder jurídico".

La ley natural moral, común a todos los hombres en su primer mandato ordena: "Se debe hacer el bien y evitar el mal"; en el ámbito jurídico nos manda hacer lo justo y evitar lo injusto. Ahora bien, ¿es justo objetivo el quehacer de una revista dedicada a burlarse de Dios y del prójimo? Si no es justo, no existe el derecho a la burla, a la irreverencia, a la blasfemia… Lo justo es el respeto al otro, a todo hombre y a fortiori, al Otro, con mayúscula, a Dios.

Y ¿quién debe castigar a los blasfemos "con una pena justa"? Otro gran responsable de la tragedia, especialista como algunos de sus colegas argentinos, en mirar para otro lado: el arzobispo de París, cardenal Andrè Armand Vingt-Trois.

Qué no nos vengan a decir que algunos de los periodistas eran masones, incrédulos, libertarios, anarquistas… Tal vez había algún bautizado. Pero una fuerte admonición, una clara advertencia, acerca del pésimo camino que habían encarado tal vez hubiera hecho reflexionar a cualquiera de ellos, que se hubiera apartado del proyecto y seguiría vivo.

V.-

En nuestros días, las legislaciones civiles en Europa en general no consideran un delito a la blasfemia; sin embargo, en Francia existe una excepción: Alsacia y Mosella, que conservan el Código Penal Alemán anterior a la anexión a Francia en 1918, que tipifica como delito castigado con una pena de hasta tres años a quien "cause escándalo blasfemando públicamente contra Dios con intención de ultrajarlo". Hace poco, ha sido solicitada la derogación de la norma ante el "Observatorio de la Laicidad", nada menos que por el arzobispo de Estrasburgo monseñor Jean Pierre Gallet, por considerarla "obsoleta", excesiva, atentatoria contra la libertad de expresión, (Corrispondenza romana, 14/1/2015). ¿Será arzobispo de la Iglesia Católica o de la Iglesia de la Laicidad?

Al arzobispo se adhirió Abdellaq Nabouil, vicepresidente del Consejo regional del culto musulmán de Alsacia, manifestando que "aquello que interesa es la libertad de expresión". En los hechos, por la masacre, se ha visto que no piensan lo mismo algunos de sus correligionarios.

Ese arzobispo debe pertenecer a una categoría de cristianos denunciada por el rabino de Ancona, José Laras, quien recuerda la historia de las persecuciones musulmanas desde "el genocidio armenio a los coptos de Egipto, a los cristianos etíopes y nigerianos, hasta Mosul. En muchos países europeos una 'clase' de intelectuales y muchos cristianos de Occidente tienen las manos salpicadas de sangre de los cristianos de Oriente, ya que han estado dispuestos a sacrificarse en los altares del pacifismo, de la oportunidad política, de un malentendido concepto de tolerancia, de la cultura bienpensante…", (Corriere della Sera, 13/1/2015).

VI.

Si es verdad que en los últimos atentados los victimarios son todos musulmanes no es verdad afirmar que todos los musulmanes son asesinos; también hay asesinos entre los judíos, basta ver la represión en Palestina y entre los cristianos que practican el aborto y la eutanasia, mientras se burlan de los mandatos divinos y rinden culto a la laicidad y al relativismo moral. Incluso muchas veces musulmanes son los victimarios y las víctimas. En Yemen 15 alumnos fueron masacrados por una bomba contra un ómnibus escolar que el asesino escondía entre una bolsa de papas; en Pakistán fueron al menos 132 los inocentes asesinados en un colegio regenteado por militares; eran pequeños sunitas víctimas de talibanes sunitas (Corriere della Sera 17/12/2014).

Los hipócritas idólatras de la laicidad invocan a la Revolución Francesa y a su trilogía "Libertad, igualdad y fraternidad", olvidando que ella fue la inventora del "Terror" y del primer genocidio de la historia, el de la Vendée, y que su continuadora, la Revolución Soviética y el comunismo subsiguiente masificaron el terror a escala planetaria, provocando en menos de setenta años 200 millones de muertos. Y como se pregunta Roberto de Mattei "¿Qué es el terrorismo islámico sino una contaminación de la 'filosofía del Corán' con la praxis marx-iluminista importada de Occidente" ("Cristo crocifisso, scandalo per i musulmani e stoltezza per i laicisti", (Corrispondenza romana, 14/1/2015).

VII.-

Para ir concluyendo veamos un poco el tema de la "libertad de expresión". El presidente Hollande afirma claramente: "Francia tiene principios y valores, en particular la libertad de expresión" (La Nación, 17/1/2015).

Cualquier libertad no es un principio: es un medio. Y los medios se evalúan por los fines que persiguen: el fin del hombre es el bien. Esto no lo determina el hombre sino Dios; pero el hombre hoy repite el pecado de Adán, no obedeceré y el de Lucifer: "No serviré" y como escribe León XIII, entiende "por libertad lo que es pura y absoluta licencia"; y no debe ser así, porque "la libertad debe ser dirigida y gobernada por la recta razón y quedar sometida a la ley eterna", porque "las opiniones falsas son la máxima dolencia mortal del organismo humano" (Libertas, 11, 13, 18).

Y en total concordancia, más próximo a nosotros, un texto de Juan XXIII: "el derecho a la verdad es anterior y superior a todo otro derecho. La libertad de prensa debe encuadrarse dentro del respeto a las leyes divinas. Y así como no es lícito al ciudadano libre inferir ofensa violenta y daño a la libertad, a los bienes, a la vida del prójimo, así no puede ser lícito a la prensa -bajo el pretexto que debe ser libre- atentar diaria y sistemáticamente contra la salud religiosa y moral de la humanidad" (Siamo particularmente, 11).

Finalmente, se ha dicho con total ligereza que "toda religión tiene dignidad" (Papa Francisco, Corriere della Sera, 16/1/2015). Es falso. Además, ¿Qué es una religión? ¿En qué sentido se habla de dignidad, ontológico o moral? No lo sabemos. Lo que sí sabemos es que temas tan importantes no pueden tratarse en un reportaje aéreo y que el error no tiene dignidad. No todas las religiones son buenas. ¿Qué dignidad existe en los cultos satánicos, en el espiritismo, en la New Age, en la religión de la humanidad, en el deísmo masónico, en el culto a la diosa razón, a la laicidad, a la democracia, al Estado, en la superstición, en las idolatrías, en las religiones antinaturales… ¿Qué trascendencia en los religiones ateas? Ninguna. Lo diga quien lo diga.

Buenos Aires, enero 25 de 2015

Enrique Roulet                                             Bernardino Montejano

Pro-secretario                                                          Presidente

Sinodo ordinario sulla famiglia. Supplica filiale a Sua Santità Papa Francesco | Riscossa Cristiana

http://www.riscossacristiana.it/sinodo-ordinario-sulla-famiglia-supplica-filiale-sua-santita-papa-francesco/

Filial Appeal to His Holiness Pope Francis

http://filialappeal.org/

Dimanche de la Septuagésime (Rite Extraordinaire)



septuagesime
Évangile selon saint Matthieu (20, 1-16)
En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : « Le royaume des cieux est semblable à un père de famille qui sortit de grand matin, afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il convint avec les ouvriers d'un denier pour la journée et les envoya à sa vigne. Il sortit encore vers la troisième heure, en vit d'autres qui flânaient sur la place et leur dit : 'Allez, vous aussi, à ma vigne et je vous donnerai ce qui est juste.' Ils y allèrent : Il sortit de nouveau vers la sixième et la neuvième heure et fit de même. Il sortit enfin vers la onzième heure, en trouva d'autres qui se tenaient là et leur dit : 'Pourquoi êtes-vous restés ici toute la journée sans rien faire ?' – 'C'est, lui répondirent-ils, que personne ne nous a embauchés.' Il leur dit : 'Allez, vous aussi, à ma vigne.' Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : 'Appelle les ouvriers et règle-les, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.' Ceux de la onzième heure vinrent donc et reçurent chacun un denier. Quand vinrent les premiers, ils crurent qu'ils allaient recevoir davantage ; mais ils reçurent, eux aussi, chacun un denier. En le recevant, ils murmuraient contre le père de famille : 'Ces derniers, disaient-ils, n'ont fait qu'une heure, et tu les traites comme nous, qui avons supporté le poids du jour et de la chaleur.' Mais il répondit à l'un d'eux : 'Mon ami, je ne te fais pas de tort. N'es-tu pas convenu avec moi d'un denier ? Prends ce qui te revient, et va-t'en. Je veux donner à ce dernier autant qu'à toi. Ne m'est-il pas permis de faire ce que je veux de mon bien, ou faut-il que tu sois envieux parce que je suis bon ?' C'est ainsi que les derniers seront les premiers et les premiers derniers. Car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus. »
Le père de famille c'est Jésus-Christ, le ciel et la terre sont comme sa maison ; sa famille, ce sont toutes les créatures qui habitent le ciel, la terre et les enfers ; la vigne c'est la justice en général qui renferme toutes les différentes espèces de justices comme autant de plants de vigne, la douceur, la patience, et les autres vertus qui sont toutes comprises sous le nom général de justice. Les ouvriers de cette vigne sont les hommes. Le texte ajoute : « Il sortit le matin pour louer des ouvriers »,etc. Dieu a comme répandu la justice dans nos facultés, non pas pour lui, mais pour notre utilité. Nous sommes donc, ne l'oublions pas, des mercenaires qui avons été loués. Or, personne ne loue un mercenaire uniquement pour qu'il travaille à gagner sa nourriture ; ainsi Jésus-Christ ne nous a pas appelés à son service pour nous occuper seulement de nos intérêts, mais encore pour travailler à la gloire de Dieu.
S. Jean Chrysostome (sur S. Matth)
Les ouvriers qui n'avaient travaillé qu'à la onzième heure reçurent pour salaire, comme ceux qui avaient commencé à la première heure, le même denier qu'ils avaient ardemment désiré ; parce que, en effet, ceux qui se sont convertis à Dieu à la fin du monde ont reçu la même récompense, la même vie éternelle que ceux qui avaient été appelés dès le commencement du monde.
S. Grégoire le Grand
On ne doit point chercher à concilier exactement tous les détails d'une parabole avec l'ensemble du récit, mais bien comprendre la fin que l'auteur s'y est proposée, et ne pas aller au delà. L'intention du Sauveur n'est donc pas ici de nous montrer ceux qui étaient les premiers atteints d'une violente jalousie, mais de nous faire voir les derniers en possession d'une gloire si grande qu'elle était capable d'inspirer aux autres de l'envie.
S. Grégoire le Grand (hom. 64)
La vie éternelle sera également accordée à tous les saints, ainsi que le figure ce denier donné à tous comme la récompense commune de leur travail. Mais comme dans la vie éternelle les mérites des saints brilleront d'un éclat différent, il y a aussi plu sieurs demeures dans la maison du Père céleste. Si donc le denier, qui est le même pour tous, signifie que la vie éternelle sera égale en durée pour tous les saints dans le ciel, le grand nombre de demeures différentes prouve que la gloire sera plus éclatante pour les uns que pour les autres.
S. Augustin (De la Virgin., chap. 26)

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

"La Civiltà Cattolica" n’a pas toujours raison. Parole de jésuite

"La Civiltà Cattolica" n'a pas toujours raison. Parole de jésuite


Le père Joseph Fessio se dissocie des critiques que l'un de ses confrères, qui écrit dans cette revue pontificale romaine, a lancées contre les évêques des Philippines, coupables de s'être opposés avec persévérance à une loi sur la "santé reproductive"

par Sandro Magister




ROME, le 29 janvier 2015 – Les critiques sévères lancées par un jésuite qui fait autorité dans "La Civiltà Cattolica", revue qui fait également autorité, contre les évêques des Philippines ne sont pas passées inaperçues. Elles visent l'opposition persévérante des prélats à la loi relative à la "santé reproductive" voulue par le président, catholique, de leur pays, Benigno "Noynoy" Aquino, qui l'a fait approuver.

Ces critiques, qui sont formulées dans un livre, ont fait l'objet, il y a deux jours, d'un compte-rendu détaillé dans cet article de www.chiesa :

> Les évêques des Philippines bafoués. Examinés et recalés

Ce jésuite qui a reproché aux évêques philippins d'être "arriérés" et "fermés" non seulement par rapport aux lumières de la modernité mais également par rapport aux sollicitations du pape François, c'est le Français Pierre de Charentenay. Ancien président du Centre Sèvres, l'institut d'études supérieures de la Compagnie de Jésus situé à Paris, et ancien directeur, entre 2004 et 2012, d'"Études", la revue des jésuites de France, il est, depuis l'année dernière, membre de l'équipe de rédacteurs de "La Civiltà Cattolica", la revue des jésuites de Rome qui n'est imprimée qu'après avoir été contrôlée par les autorités vaticanes et qui est dirigée par un homme très proche du pape, le père Antonio Spadaro.

Sa critique des évêques des Philippines a produit une impression d'autant plus forte qu'elle a été formulée au moment du voyage effectué par le pape François dans ce pays, qui non seulement est le seul en Asie dont la population soit majoritairement catholique mais qui se distingue également des autres pays par la forte présence des évêques locaux dans la sphère publique.

Lorsqu'il a reçu le pape au palais présidentiel le 16 janvier (photo), Benigno Aquino, qui a été à l'école chez les jésuites de Manille, a lui aussi profité de l'occasion pour critiquer les évêques philippins. Dans le discours de bienvenue qu'il a adressé à son hôte, il a cité et retourné contre eux le discours de vœux prononcé devant la curie romaine, avant Noël, par François, dans lequel celui-ci a condamné les gens qui, dans l'exercice de leurs fonctions, se comportent en "semeurs de discorde".

Mais le pape François n'a pas dit un seul mot pour défendre les évêques, que ce soit au cours du discours qu'il a prononcé tout de suite après en cette circonstance – dans lequel il a même rompu une lance en faveur du "droit inaliénable à la vie qu'ont les enfants qui ne sont pas encore nés" – ou à d'autres moments de sa visite.

Cependant, parmi les jésuites, tous ne sont pas d'accord avec les thèses accusatrices émises par leur confrère de "La Civiltà Cattolica", qui sont nettement marquées par la limite culturelle que celui-ci perçoit dans le catholicisme des Philippines. Celui-ci serait : "proche d'une spiritualité latino-américaine, expressionniste sur le modèle espagnol, mais sans les tendances libérales héritées des Lumières ou de la révolution française".

De San Francisco, le jésuite Joseph Fessio, après avoir constaté que les évêques philippins étaient recalés par le père de Charentenay en raison de leur fermeture à la modernité, a réagi en nous envoyant la lettre qui est reproduite ci-dessous.

Le père Fessio n'est pas un inconnu. Il a été formé à l'école théologique de Joseph Ratzinger et c'est l'un des membres importants de l'association des anciens étudiants de celui-ci, le "Ratzinger Schülerkreis". Aux États-Unis il a fondé et dirige la maison d'édition Ignatius Press, qui a publié récemment un livre qui a fait du bruit, "Remaining in the Truth of Christ" [Rester dans la vérité du Christ], dans lequel cinq cardinaux interviennent contre la distribution de la communion aux divorcés remariés.

On découvrira ci-dessous les "erreurs de raison et de fait" que le père Fessio détecte dans les critiques lancées par le père de Charentenay contre les évêques des Philippines en ce qui concerne la "santé reproductive".

__________


Cher Sandro Magister,

Je suis profondément désolé et affligé de ce qu'a écrit le père Pierre de Charentenay. Le dommage causé est d'autant plus grand que le livre est par ailleurs, comme vous l'avez montré, un travail sérieux et bien informé.

Les deux passages du livre qui figurent ci-dessous me paraissent particulièrement nocifs, même si – ou peut-être parce que – ils expriment des opinions qui sont largement répandues mais qui sont fausses.

1. Le père de Charentenay écrit : "Dans la discussion, l'Église catholique ne mentionne jamais la multiplication des avortements, ce qui est autrement plus grave que la contraception qu'elle combat. Les deux sont liés, puisque l'avortement est le moyen d'éviter la naissance, lorsque la contraception n'a pas été utilisée. Le pire mal suit le moindre mal".

Je pose la question : est-il vrai que l'avortement soit un mal pire que la contraception, et même "nettement plus grave" ? Pas nécessairement. Examinons le cas de couples mariés qui, sans nécessité impérative, utilisent après leur mariage, pendant des années, la contraception pour reporter à plus tard la naissance de leurs enfants. Certainement, dans certains cas, la volonté de Dieu en ce qui les concerne est qu'ils soient ouverts à une nouvelle vie. Quel est, dans ce cas, le mal le plus grave ? Est-ce de prévenir la conception – et l'existence – d'un être humain doté d'une âme immortelle, voulu par Dieu et destiné au bonheur éternel ? Ou bien est-ce d'interrompre le développement d'un enfant dans le sein de sa mère ? Un tel avortement est certainement un mal grave et il est qualifié par "Gaudium et spes" de "crime abominable". Mais il existe quand même un enfant qui vivra éternellement. Tandis que, dans le premier cas, un enfant que Dieu voulait voir venir au monde n'existera jamais.

La contraception est certainement très répandue, y compris parmi les catholiques mariés. Mais, justement, cette question profonde se pose, comme pour les millions d'avortements provoqués qui ont eu lieu au cours de ces dernières années : comment Dieu peut-il permettre qu'un tel mal se propage ? Il n'y a pas de réponses faciles à ce "mysterium iniquitatis". Et cela signifie que la réponse facile qui consiste à dire qu'un mal comme la contraception n'est pas véritablement grave est inacceptable pour un chrétien. Les voies de Dieu ne sont pas nos voies. Mais cela n'annule pas certains principes fondamentaux et connaissables, parmi lesquels il y a celui-ci : priver quelqu'un de l'existence est un mal plus grand que priver quelqu'un de la vie temporelle.

En plus de cette erreur fondamentale au niveau de la raison, le père de Charentenay est également dans l'erreur en ce qui concerne les faits. Il a raison d'affirmer que l'avortement et la contraception "sont liés" ; mais ils ne sont pas liés au sens où il l'entend, à savoir qu'un accès plus généralisé à la contraception fera diminuer le nombre d'avortements. Les faits viennent à l'appui de la conclusion opposée. Les statistiques provenant du monde entier font apparaître qu'un accès plus généralisé à la contraception a une corrélation élevée avec une augmentation des avortements. Et les données sont également intuitives : une fois que la contraception est bien présente dans les mentalités, l'avortement est considéré comme constituant une simple mesure de sécurité en cas d'échec de la contraception, ce qui arrive très souvent.

2. Le père de Charentenay écrit : "Le projet RH Bill a été conçu pour aider les populations pauvres et leur permettre d'avoir accès à la contraception que la classe moyenne et les riches utilisent déjà. Les groupes sociaux n'ont pas les mêmes possibilités sur ce point. Le projet RH Bill répond donc à une question de justice qui motive le gouvernement en faveur de ces populations pauvres".

Ici l'erreur pernicieuse est évidente et il suffit d'en faire un rapide commentaire : étant donné que les riches sont en mesure de contourner une loi qui interdit un mal grave, alors la loi devrait être abolie de telle sorte que les pauvres ne soient pas privés de la même possibilité.

Je ne suis pas en train d'affirmer qu'il ne peut pas y avoir, dans certaines circonstances, des motifs sérieux pouvant conduire l'Église à tolérer des lois qui permettent un mal moral. Toutefois l'affirmation selon laquelle il s'agit d'une "question de justice" n'est pas l'un de ces motifs.

Cordialement,

P. Joseph Fessio, S.J.

__________


Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.

__________


Les derniers trois articles de www.chiesa:

27.1.2015
> Les évêques des Philippines bafoués. Examinés et recalés
Pierre de Charentenay, rédacteur jésuite de la revue "La Civiltà Cattolica", reproche aux évêques leur opposition persévérante aux lois relatives aux moyens de contraception, au divorce, au mariage homosexuel. Et le pape ne les défend pas

23.1.2015
> François fustige la curie. Mais quelle distance entre ce qui est dit et ce qui est fait!
Alors qu'approche le sommet qui va être consacré à la réforme du gouvernement central de l'Église, le pape avance en agissant tout seul. Dans certains cas en chassant les bons et en récompensant les mauvais

20.1.2015
> Chrétiens en terre d'Islam. Bienheureux les persécutés
"Ils sont laissés seuls et sans défense comme les juifs", accuse un rabbin qui fait autorité. Avec l'illusion que cela va favoriser la paix avec les musulmans. Une description de la situation par un expert jésuite israélien

__________


Pour d'autres informations et commentaires, voir le blog que tient Sandro Magister, uniquement en italien:

> SETTIMO CIELO

Les trois derniers titres:

Matrimonio e seconde nozze. Cosa direbbe nel sinodo sant'Agostino

Non è divorzio, ma un po' più gli somiglia

Francesco "testimonial" del Caravaggio: lui sa chi è il vero Matteo

__________

29.1.2015 


Les évêques des Philippines bafoués. Examinés et recalés

Les évêques des Philippines bafoués. Examinés et recalés


Pierre de Charentenay, rédacteur jésuite de la revue "La Civiltà Cattolica", reproche aux évêques leur opposition persévérante aux lois relatives aux moyens de contraception, au divorce, au mariage homosexuel. Et le pape ne les défend pas

par Sandro Magister




ROME, le 27 janvier 2015 – L'impact du voyage du pape François aux Philippines sur l'opinion publique mondiale a été minimisé par sa malencontreuse boutade à propos des "bons catholiques" qui "ne font pas comme les lapins":

> Francesco, figli e conigli. Con un "Post scriptum"

Mais même si l'on prend en considération l'ensemble de ses discours, qui sont maintenant disponibles – aussi bien ceux qui ont été rédigés que ceux qui ont été improvisés – on ne parvient pas à apprendre grand-chose à propos de la spécificité de ce pays, qui est le seul en Asie où les catholiques soient largement majoritaires :

> Voyage apostolique 12-19 janvier 2015


L'Église catholique des Philippines avait fait parler d'elle dans le monde en jouant un rôle de premier plan dans la pacifique révolution populaire qui détermina, en 1986, la fin du régime de Ferdinand Marcos. Mais peu d'études ont été consacrées à ce qui s'est passé avant et après cet événement.

Mais ce manque de connaissance et d'information a été comblé grâce à un jésuite de haut rang : le Français Pierre de Charentenay, ancien président du Centre Sèvres, l'institut d'études supérieures de la Compagnie de Jésus situé à Paris, ancien directeur, entre 2004 et 2012, d'"Études", la revue des jésuites de France, et, depuis l'année dernière, membre de l'équipe de rédacteurs de "La Civiltà Cattolica", la revue des jésuites de Rome qui n'est imprimée qu'après avoir été contrôlée par les autorités vaticanes et qui est dirigée par un homme très proche du pape, le père Antonio Spadaro.

Au moment du voyage de François dans ce pays, le père de Charentenay a publié un livre consacré aux Philippines, dont le père Federico Lombardi, confrère de l'auteur et directeur du bureau de presse du Vatican, a conseillé la lecture aux journalistes qui s'apprêtaient à couvrir l'événement et dont on présume, à plus forte raison, qu'il aura été lu par Jorge Mario Bergoglio lui-même :

P. de Charentenay, "Les Philippines, archipel asiatique et catholique", Lessius Éditions, Namur, 2015.


Le livre bénéficie de la connaissance directe que le père de Charentenay a des Philippines, où il s'est rendu à plusieurs reprises à partir de 1982 et où il a séjourné une année entière, en 2013.

Et en effet ce livre se lit d'une traite, en raison de la richesse et de la précision de la reconstitution historique, de la finesse des analyses, de l'agilité de l'écriture, mais également en raison des nombreuses surprises qu'il réserve au lecteur.

Par exemple – les passages cités ci-dessous le montreront plusieurs fois – on est frappé de voir comment, aux Philippines,  le pardon public, y compris la grâce judiciaire, est accordé systématiquement à des personnes qui ont été précédemment reconnues coupables de délits parfois graves.

De même on est stupéfait par la description que le père de Charentenay fait de la plus grande prison des Philippines, qui ressemble à un immense village entouré d'une clôture à l'intérieur de laquelle les condamnés se déplacent et s'organisent de manière relativement libre.

À ce sujet, il aurait été intéressant de savoir quel lien le pape François établit entre cette pratique de la clémence et du pardon qui est typiquement philippine et la "miséricorde" qui est le trait marquant de son pontificat.

Un autre chapitre très intéressant du livre est celui dans lequel le père de Charentenay raconte le récent conflit entre les évêques et le gouvernement à propos de la loi relative à la contraception.

L'auteur n'est pas neutre. Il prend clairement parti pour le président "catholique" Noynoy Aquino et pour le gouvernement, qui ont voulu et approuvé cette loi. Il fait des considérations du même genre à propos d'autres controverses qui sont sur le point d'éclater dans ce pays sur des sujets comme le divorce, ou l'avortement, ou encore les mariages homosexuels. Il accuse les évêques d'être fermés et arriérés, non seulement par rapport aux poussées de la modernité mais également par rapport aux sollicitations de François.

Il écrit :

"La phrase du pape François – 'Nous ne pouvons pas insister uniquement sur les questions d'avortement, de mariage homosexuel ou d'utilisation de méthodes contraceptives. Cela n'est pas possible. Cela ne devrait pas être discuté hors du contexte, pas tout le temps' – a beaucoup interrogé les évêques et l'opinion publique. Mais la conférence des évêques philippins a maintenu son opposition pour des raisons de principe".

À ce sujet il aurait été intéressant de comprendre comment le pape Bergoglio concilie le fait qu'il valorise haut et fort les conférences épiscopales avec la spectaculaire critique qui est adressée à la ligne de conduite des évêques par un rédacteur faisant autorité de la revue "La Civiltà Cattolica" qui fait elle aussi autorité.

On peut lire ci-dessous deux extraits du livre du père de Charentenay.

__________



UNE LOI SUR LA CONTRACEPTION

(pp. 158-162)


Si l'Église a été très impliquée dans le renversement de la dictature, son combat a changé d'objectif après 2010 quand le président Noynoy Aquino a voulu relancer le projet d'une loi sur la contraception et l'éducation sexuelle. Ce projet de loi sur la santé reproductive, dit Reproductive Health Bill (ou RH Bill), était resté en attente au Congrès pendant 14 ans. Il a finalement été voté en décembre 2012. […]

Le projet de loi a été contesté le 18 juin 2013 devant la Cour suprême, qui […] a longtemps hésité. Elle était sous la pression de l'Église catholique, opposée à cette loi. Mais elle savait aussi qu'elle devait prendre en compte le nouvel environnement d'une société devenue moderne et pluraliste. […]

Le premier argument du débat tient dans la séparation de la religion et de la décision politique. Il est clair que l'Église, parlant aux chrétiens et à l'opinion publique, insiste sur des questions importantes, la valeur de la vie, la dignité humaine, une certaine vision de l'homme. Son principal argument est néanmoins religieux. Mais dans la société actuelle aux Philippines, on ne peut plus supposer que tout le monde est chrétien. Une diversification des opinions existe qui empêche l'imposition d'une loi chrétienne, de la même manière qu'elle empêcherait l'imposition de la charia en Malaisie ou en Indonésie, ou dans le sud de Mindanao. […] Ce raisonnement n'est pas compris par l'Église catholique, qui s'étonne qu'un président catholique veuille faire passer une telle loi. […]

Le deuxième niveau ou argument concerne les conséquences politiques d'un tel projet de loi. […] Le projet RH Bill a été conçu pour aider les populations pauvres et leur permettre d'avoir accès à la contraception que la classe moyenne et les riches utilisent déjà. Les groupes sociaux n'ont pas les mêmes possibilités sur ce point. Le projet RH Bill répond donc à une question de justice qui motive le gouvernement en faveur de ces populations pauvres.

Il répond aussi à une volonté d'éviter l'utilisation de l'avortement comme moyen de contraception. […] Dans la discussion, l'Église catholique ne mentionne jamais la multiplication des avortements, ce qui est autrement plus grave que la contraception qu'elle combat. Les deux sont liés, puisque l'avortement est le moyen d'éviter la naissance, lorsque la contraception n'a pas été utilisée. Le pire mal suit le moindre mal.

Un autre élément de désaccord entre l'Église et le gouvernement porte sur les perspectives d'avenir à long terme du pays, sur la population, l'environnement et le développement. Avec 100 millions d'habitants, la densité de la population est déjà au-delà de 300 habitants par kilomètre carré, ce qui est une densité très forte dans un pays qui a déjà détruit une grande partie de ses ressources naturelles, et qui est frappé par tant de catastrophes naturelles. Un effort doit être fait pour contrôler l'augmentation de la population. Avec le projet RH Bill, le pouvoir politique veut limiter la croissance de la population et promouvoir une réelle qualité de vie dans un environnement plus protégé.

En ce sens le projet RH Bill semble être un projet de loi pro-vie, autant dans la qualité de la vie que dans sa politique anti-avortement. […]

À cet argumentaire, l'Église a répondu par une suractivité médiatique ou pastorale pour condamner le projet. C'est que derrière ce combat, se profile un autre thème brûlant, celui du divorce, toujours illégal aux Philippines, […] ce qui met un nombre immense de personnes en situation fort difficile, car le mariage ne se porte pas très bien dans le pays. […] Les jeunes n'écoutent plus l'Église et vivent dans l'illégalité des séparations ou des unions libres. On constate une hésitation à se marier puisque le divorce n'est pas possible. L'Église a déjà dit qu'elle ne l'accepterait pas. Là encore, elle confond la loi religieuse et la loi civile.

Bien entendu, d'autres sujets viendront dans les débats publics : l'avortement, […] le mariage homosexuel. […] Comme on le voit, l'Église des Philippines en est restée à l'idée que tout ce qui est légal doit être moral selon la loi catholique. […] Elle ne veut pas entendre que les non-chrétiens puissent avoir une morale différente. Elle n'a pas quitté la domination sur le législateur qu'elle avait du temps de la colonie espagnole.

Finalement la Cour suprême a validé la RH Bill le 8 avril 2014, moyennant la suppression de quelques articles.

__________



CLÉMENCE ET PARDON

(pp. 106-108)


Certaines attitudes culturelles très profondément ancrées dans la culture philippine viennent directement contre la modernité de l'état de droit et l'application de la loi. L'une d'entre elles est la pratique du pardon et de la clémence vis-à-vis des contrevenants aux lois. Si cette valeur concerne la vie quotidienne, elle s'applique aussi aux plus hautes personnalités politiques. Si elles ont été condamnées, elles seront très vite pardonnées, ce qui peut laisser penser que leur violation de la loi était secondaire. […]

Quelques exemples démontrent l'impact de cette pratique.

Gregorio Honasan est un officier qui a tenté plusieurs coups d'État pendant la présidence de Corazon Aquino, dont un a failli réussir en août 1987. Il est amnistié en 1992 par le président Fidel Ramos, ancien général. Honasan sera sénateur en 1995, en 2004 et en 2007. Il a utilisé son image de rebelle et finit en 2007 dixième sénateur sur 37 candidats, avec 11,6 millions de voix. Dans d'autres pays, il aurait été fusillé pour haute trahison ou mis en prison à perpétuité.

L'ex-président Marcos est un autre cas, autrement plus symbolique. Le corps de Ferdinand Marcos est ramené aux Philippines par le président Estrada juste après son élection en 1998. L'idée était de l'enterrer à côté des héros, au cimetière de Libingan. Personne n'a rien dit ou presque, devant ce projet de retour du dictateur parmi les héros. Pas un mot de Cory Aquino, ni du cardinal Sin. La conférence des évêques a expliqué que les démérites de Marcos ne changent rien au fait qu'il ait été président. […]

Imelda Marcos a été condamnée en 1993 à 12 ans de prison pour corruption. Peu après l'élection du président Estrada, le 8 octobre 1998, la Cour suprême l'acquitte définitivement. Celle qui avec son mari a détourné des millions n'a jamais pu être condamnée. Plus révélateur encore, elle a été plébiscitée par le peuple, qui l'a réélue à la Chambre des représentants en 2014, à l'âge de 84 ans.

Joseph Estrada est accusé en octobre 2000 d'avoir reçu des paiements de différentes sources illégales. Il est jugé coupable par la Chambre des représentants en novembre 2000, et assigné à résidence. Le 12 septembre 2007, Estrada est finalement condamné à la réclusion à perpétuité. Mais, le 25 octobre 2007, Gloria Macapagal Arroyo lui accorde la clémence présidentielle. La notification de clémence dit qu'il ne doit pas chercher à se faire élire de nouveau. En 2010, sans que personne ne soulève la question de son inéligibilité, il se présente sans succès aux élections présidentielles. Mais en 2013 il est candidat et élu à la mairie de Manille. Il soutient ses deux fils dans leurs candidatures politiques au Sénat, où ils sont élus.

Claudio Teebankee est un des fils de l'ancien président de la Cour suprême, condamné en 1995 à une condamnation à vie pour meurtres, dont une fille de 16 ans. Après 13 ans passés à la prison de Bilibid, il est libéré par la grâce de Gloria Macapagal Arroyo en 2008.

Les condamnations sont ainsi fréquemment annulées par la grâce présidentielle car il apparaît contraire aux traditions philippines de ne pas pardonner. Les présidents pardonnent à leurs prédécesseurs des faits majeurs de corruption, légitimant ainsi leur comportement. C'est le débat des années 2010 sur Gloria Macapagal Arroyo, condamnée pour corruption et jamais pardonnée par le président Noynoy Aquino. Des groupes de pression s'insurgent contre ce traitement inhumain, inhumain au regard de la tradition philippine du pardon !

__________


Photo : Imelda Marcos, veuve de Ferdinand Marcos, à la messe célébrée par le pape François à Tacloban, le 17 janvier 2015.

__________


Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.

__________


Pour d'autres informations et commentaires, voir le blog que tient Sandro Magister, uniquement en italien:

> SETTIMO CIELO

__________

27.1.2015 


Fête de la vie consacrée

 

Info Adoration

 

Info Messes

 

Vidéoformation NDC n°18: La France fille aînée de l'Eglise a-t-elle une vocation particulière?

 
Vidéoformation NDC n°18
La France fille aînée de l'Eglise a-t-elle une vocation particulière?

Entretien avec Jean-Pierre Maugendre,
de Renaissance Catholique.

Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d'une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé (pdf)
Pour abonner des amis ou familles à la liste de diffusion de Notre Dame de Chrétienté, cliquez ici.
Pour nous faire part de vos réactions: formation.ndc@gmail.com


www.nd-chretiente.com - retrouvez-nous aussi sur Twitter @ndchretiente


Notre-Dame de Chrétienté - 191 avenue du Général Leclerc 78220 Viroflay - Tél: 01.39.07.27.00

LETTRE DE S. JEAN BOSCO À SES CONFRÈRES

Avant tout, si nous voulons nous montrer les amis du vrai bien de nos élèves et les amener à faire leur devoir, nous ne devons jamais oublier que nous représentons les parents de cette chère jeunesse qui fut toujours le tendre sujet de mes occupations, de mes études, de mon ministère sacerdotal, et de notre congrégation salésienne.

Que de fois, mes chers fils, dans ma longue carrière, j'ai dû me persuader de cette grande vérité : il est toujours plus facile de s'irriter que de patienter, de menacer un enfant, que de le persuader ! Je dirai même qu'il est plus facile, pour notre impatience et pour notre orgueil, de châtier les récalcitrants que de les corriger, en les supportant avec fermeté et douceur.

Je vous recommande la charité que saint Paul employait envers les nouveaux convertis à la religion du Seigneur, et qui le faisait souvent pleurer et supplier quand il les voyait peu dociles et répondant mal à son zèle.

Écartez tout ce qui pourrait faire croire qu'on agit sous l'effet de la passion. Il est difficile, quand on punit, de conserver le calme nécessaire pour qu'on ne s'imagine pas que nous agissons pour montrer notre autorité ou pour décharger notre emportement.

Considérons comme nos enfants ceux sur lesquels nous avons un pouvoir à exercer. Mettons-nous à leur service, comme Jésus qui est venu pour obéir, non pour commander. Redoutons ce qui pourrait nous donner l'air de vouloir dominer, et ne les dominons que pour mieux les servir.

C'est ainsi que Jésus se comportait avec ses Apôtres, en supportant leur ignorance, leur rudesse et même leur manque de foi. Il traitait les pécheurs avec gentillesse et familiarité, au point de susciter chez les uns l'étonnement, chez d'autres le scandale, et chez beaucoup l'espoir d'obtenir le pardon de Dieu. C'est pourquoi il nous a dit d'apprendre de lui à être doux et humbles de cœur.

Puisqu'ils sont nos enfants, éloignons toute colère, quand nous devons corriger leurs manquements, ou du moins modérons-la pour qu'elle semble tout à fait étouffée.

Pas d'agitation dans notre coeur, pas de mépris dans nos regards, pas d'injures sur nos lèvres. Ayons de la compassion pour le présent, de l'espérance pour l'avenir : alors vous serez de vrais pères, et vous accomplirez un véritable amendement.

Dans les cas très graves, il vaut mieux vous recommander à Dieu, lui adresser un acte d'humilité, que de vous laisser aller à un ouragan de paroles qui ne font que du mal à ceux qui les entendent, et d'autre part ne procurent aucun profit à ceux qui les méritent.

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

De las cartas de san Juan Bosco, presbítero (Epistolario, Turín 1959, 4 201-203) TRABAJÉ SIEMPRE POR AMOR


Si de verdad buscamos la auténtica felicidad de nuestros alumnos y queremos inducirlos al cumplimiento de sus obligaciones, conviene, ante todo, que nunca olvidéis que hacéis las veces de padres de nuestros amados jóvenes, por quienes trabajé siempre con amor, por quienes estudié y ejercí el ministerio sacerdotal, y no sólo yo; sino toda la Congregación salesiana.
¡Cuántas veces, hijos míos, durante mi vida, ya bastante prolongada, he tenido ocasión de convencerme de esta gran verdad! Es más fácil enojarse que aguantar, amenazar al niño que persuadirlo; añadiré incluso que, para nuestra impaciencia y soberbia, resulta más cómodo castigar a los rebeldes que corregirlos, soportándolos con firmeza y suavidad a la vez.
Os recomiendo que imitéis la caridad que usaba Pablo con los neófitos, caridad que con frecuencia lo llevaba a derramar lágrimas y a suplicar, cuando los encontraba poco dóciles y rebeldes a su amor.
Guardaos de que nadie pueda pensar que os dejáis llevar por los arranques de vuestro espíritu. Es difícil, al castigar, conservar la debida moderación, la cual es necesaria para que en nadie pueda surgir la duda de que obramos sólo para hacer prevalecer nuestra autoridad o para desahogar nuestro mal humor.
Miremos como a hijos a aquellos sobre los cuales debemos ejercer alguna autoridad. Pongámonos a su servicio, a imitación de Jesús, el cual vino para obedecer y no para mandar, y avergoncémonos de todo lo que pueda tener incluso apariencia de dominio; si algún dominio ejercemos sobre ellos, ha de ser para servirlos mejor.
Este era el modo de obrar de Jesús con los apóstoles, ya que era paciente con ellos, a pesar de que eran ignorantes y rudos, e incluso poco fieles; también con los pecadores se comportaba con benignidad y con una amigable familiaridad, de tal modo que era motivo de admiración para unos, de escándalo para otros, pero también ocasión de que muchos concibieran la esperanza de alcanzar el perdón de Dios. Por esto, nos mandó que fuésemos mansos y humildes de corazón.
Son hijos nuestros, y, por esto, cuando corrijamos sus errores, hemos de deponer toda ira o, por lo menos, dominarla de tal manera como si la hubiéramos extinguido totalmente.
Mantengamos sereno nuestro espíritu, evitemos el desprecio en la mirada, las palabras hirientes; tengamos comprensión en el presente y esperanza en el futuro, como conviene a unos padres de verdad, que se preocupan sinceramente de la corrección y enmienda de sus hijos.
En los casos más graves, es mejor rogar a Dios con humildad que arrojar un torrente de palabras, ya que éstas ofenden a los que las escuchan, sin que sirvan de provecho alguno a los culpables.


http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

From a letter by Saint John Bosco, priest (Epistolario, Torino, 1959, 4, 201-203) I have always labored out of love

First of all, if we wish to appear concerned about the true happiness of our foster children and if we would move them to fulfill their duties, you must never forget that you are taking the place of the parents of these beloved young people. I have always labored lovingly for them, and carried out my priestly duties with zeal. And the whole Salesian society has done this with me.

My sons, in my long experience very often I had to be convinced of this great truth. It is easier to become angry than to restrain oneself, and to threaten a boy than to persuade him. Yes, indeed, it is more fitting to be persistent in punishing our own impatience and pride than to correct the boys. We must be firm but kind, and be patient with them.

I give you as a model the charity of Paul which he showed to his new converts. They often reduced him to tears and entreaties when he found them lacking docility and even opposing his loving efforts.

See that no one finds you motivated by impetuosity or wilfulness. It is difficult to keep calm when administering punishment, but this must be done if we are to keep ourselves from showing off our authority or spilling out our anger.

Let us regard those boys over whom we have some authority as our own sons. Let us place ourselves in their service. Let us be ashamed to assume an attitude of superiority. Let us not rule over them except for the purpose of serving them better.

This was the method that Jesus used with the apostles. He put up with their ignorance and roughness and even their infidelity. He treated sinners with a kindness and affection that caused some to be shocked, others to be scandalized, and still others to hope for God's mercy. And so he bade us to be gentle and humble of heart.

They are our sons, and so in correcting their mistakes we must lay aside all anger and restrain it so firmly that it is extinguished entirely.

There must be no hostility in our minds, no contempt in our eyes, no insult on our lips. We must use mercy for the present and have hope for the future, as is fitting for true fathers who are eager for real correction and improvement.

In serious matters it is better to beg God humbly than to send forth a flood of words that will only offend the listeners and have no effect on those who are guilty.

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

من رسائل القديس يوحنا بوسكو الكاهن (مجموعة الرسائل، طورينو 1959، 4، 201- 203) أحبَبْتُهم دائمًا



    إن أرَدْنا أن نهتمَّ للسَّعادةِ الحقيقيّةِ لطلاّبِنا، وأن نعلِّمَهم كيف يقومون كلُّ واحدٍ بعملِه، يجبُ ألا نَنسَى أنَّنا نقومُ لدَيْهم مقامَ والدِيهم الأحبّاء. من أجلِهم سعَيْتُ دائمًا بكلِّ محبَّةٍ، ودرَسْتُ ومارَسْتُ رسالتي الكهنوتيّة، وليسَ أنا وحدي فقط، بل والرَّهبَنةُ السَّالِسِيَّةُ كلُّها.
    كم حاوَلْتُ أن أُقنِعَ نفسي بهذه الحقيقةِ الكبرى إبَّانَ حياتي التي لم تَكُنْ قصيرَة. الغضبُ أسهلُ من الصَّبرِ، وتهديدُ الشَّابِّ أسهلُ من إقناعِهِ، بل وإنَّه لأسهلُ علينا في قلّةِ صبِرنا وكبريائِنا أن نَفرِضَ العقابَ على المشاكِسين من أن نعملَ على إصلاحِهم، ونَصبِرَ عليهم بشدَّةٍ وحِلمٍ معًا.
    أُوصِيكم بمِثلِ محبَّةِ القدِّيس بولس التي كان يُعامِلُ بها المعمَّدين جديدًا، والتي كانت تؤدِّي به مرارًا إلى الدُّموعِ والتوسُّلاتِ، عندما كانَ يجِدُهم عُصاةً ورافضِين لمحبَّتِه.
    احذَرُوا من أن يَحكُمَ عليكم أحدٌ بأنَّكم سريعُو الغضبِ والاحتداد. من الصَّعبِ أن يحافظَ المرءُ على هدوءِ النَّفسِ حينَ يَفرِضُ العقابَ. مع أنَّه أمرٌ ضروريٌّ لكي لا يتبادرَ إلى الذِّهنِ أنَّنا نَعمَلُ لنُظهِرَ سلطتَنا أو حتى لنُروِيَ غليلَ غضبِنا.
    لِنَنظُرْ إليهم كأبناء، وقد أُعطِيَتْ لنا بعضُ السُّلطةِ عليهم. لنجعَلْ من أنفسِنا خُدّامًا لهم، على مثالِ يسوعَ الذي جاءَ ليُطيعَ لا ليتسلَّطَ. لنخجَلْ من طريقتِنا في السَّيطرة. لا نُظهِرْ سلطتَنا عليهم إلا لنَخدِمَهم بطريقةٍ أفضل.
    هكذا كان يتصرَّفُ يسوعُ المسيحُ مع رسلِه. كانوا جهَلَةً وغِلاظًا، بل كانوا أحيانًا غيرَ ثابتين في الإيمانِ، ومع ذلك كانَ يصبرُ عليهم. والخطأةُ كانَ يعاملُهم بحِلمٍ ورأفةٍ وصداقة. كانَ البعضُ يُدهَشُ لذلك، والبعضُ يرى في تصرُّفِه شكًّا ومَعثَرَةً، والبعضُ الآخَر يَرى في ذلك باعثًا على الأملِ لطلبِ المغفرةِ من الله. ولهذا أوصانا بأن نكونَ وُدَعاءَ ومتواضعِي القلب.
    إنَّهم أبناؤُنا، ولهذا كُلَّما واجهَتْنا أخطاؤهم وَجَبَ أن نضعَ جانبًا كلَّ غضبٍ وأن نلتزمَ الهدوءَ حتى صَفاءِ النَّفس.
    لا نعامِلْهم وفي نفسِنا غضبٌ، أو وفي نظرِنا احتقارٌ أو على فمِنا إهانة. بل لِنُعامِلْهم بالرَّحمةِ في الحاضر، وبتغذيةِ الأملِ في المستقبَلِ، كما يَلِيقُ بالآباءِ الحقيقيِّين الذين يسعَوْن حقَّا في الإصلاحِ والتَّعديل.
    وفي الحالاتِ الصَّعبةِ جدًّا، أفضلُ الأمورِ هو رفعُ الصَّلاةِ إلى الله بتوسُّلٍ وتواضُع، بدلًا من إطلاقِ سيلٍ من الألفاظِ التي قد تَجرَحُ نفسَ السَّامعِين، ثمّ لا تأتي بأيِّ علاجٍ للمُذنِبين.

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

[AELF] Lectures du jour


Lectures de la messe

1ère lecture : « Il attendait la ville dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l'architecte » ( He 11, 1-2.8-19 )


Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères,
la foi est une façon de posséder ce que l'on espère,
un moyen de connaître des réalités qu'on ne voit pas.
Et quand l'Écriture rend témoignage aux anciens,
c'est à cause de leur foi.


Grâce à la foi, Abraham obéit à l'appel de Dieu :
il partit vers un pays
qu'il devait recevoir en héritage,
et il partit sans savoir où il allait.
Grâce à la foi, il vint séjourner en immigré dans la Terre promise,
comme en terre étrangère ;
il vivait sous la tente,
ainsi qu'Isaac et Jacob,
héritiers de la même promesse,
car il attendait la ville qui aurait de vraies fondations,
la ville dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l'architecte.
Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge,
fut rendue capable d'être à l'origine d'une descendance
parce qu'elle pensait que Dieu est fidèle à ses promesses.
C'est pourquoi, d'un seul homme, déjà marqué par la mort,
a pu naître une descendance aussi nombreuse
que les étoiles du ciel
et que le sable au bord de la mer,
une multitude innombrable.
C'est dans la foi, sans avoir connu la réalisation des promesses,
qu'ils sont tous morts ;
mais ils l'avaient vue et saluée de loin,
affirmant que, sur la terre,
ils étaient des étrangers et des voyageurs.
Or, parler ainsi, c'est montrer clairement
qu'on est à la recherche d'une patrie.
S'ils avaient songé à celle qu'ils avaient quittée,
ils auraient eu la possibilité d'y revenir.
En fait, ils aspiraient à une patrie meilleure,
celle des cieux.
Aussi Dieu n'a pas honte d'être appelé leur Dieu,
puisqu'il leur a préparé une ville.


Grâce à la foi, quand il fut soumis à l'épreuve,
Abraham offrit Isaac en sacrifice.
Et il offrait le fils unique,
alors qu'il avait reçu les promesses
et entendu cette parole :
C'est par Isaac qu'une descendance portera ton nom.
Il pensait en effet
que Dieu est capable même de ressusciter les morts ;
c'est pourquoi son fils lui fut rendu :
il y a là une préfiguration.


– Parole du Seigneur.

cantique : ( Lc 1, 69-70, 71-72, 73-75 )


Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,
comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,
amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

serment juré à notre père Abraham
de nous rendre sans crainte,
afin que, délivrés de la main des ennemis,
nous le servions dans la justice et la sainteté,
    en sa présence, tout au long de nos jours.

Evangile : « Qui est- il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » ( Mc 4, 35-41 )


Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle. Alléluia.

(Jn 3, 16)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Ce jour-là, le soir venu, Jésus dit à ses disciples :
« Passons sur l'autre rive. »
Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était,
dans la barque,
et d'autres barques l'accompagnaient.
Survient une violente tempête.
Les vagues se jetaient sur la barque,
si bien que déjà elle se remplissait.
Lui dormait sur le coussin à l'arrière.
Les disciples le réveillent et lui disent :
« Maître, nous sommes perdus ;
cela ne te fait rien ? »
Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer :
« Silence, tais- toi ! »
Le vent tomba,
et il se fit un grand calme.
Jésus leur dit :
« Pourquoi êtes-vous si craintifs ?
N'avez-vous pas encore la foi ? »
Saisis d'une grande crainte,
ils se disaient entre eux :
« Qui est-il donc, celui-ci,
pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »


– Acclamons la Parole de Dieu.

31 janvier 2015
Samedi, 3ème Semaine du Temps Ordinaire
blanc S. Jean Bosco, prêtre
 

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones

vendredi 30 janvier 2015

من كتاب التفسير للقديس يوحنا فيشر الأسقف والشهيد في المزامير (المزمور 101: مجموعة المؤلفات، طبعة 1597، صفحة 1588-1589) آيات الله في خلقه



     خلَّصَ الله الشَّعبَ الإسرائيليَّ أوّلا من عبوديَّةِ مصر، وصنعَ لهم الآياتِ والعجائبَ الكثيرة. جعلَهم يجتازون البحرَ الأحمرَ مشيًا على الأقدام. وغذَّاهم في الصَّحراءِ بالَمنِّ السَّماويِّ وبالسَّلوى. ولمّا عطِشوا فجَّرَ لهم من الصَّخرةِ الصَّلبةِ ماءً لا يَنضَبُ، ونصرَهم على جميعِ أعدائِهم الذين حاربوهم. وعكسَ لفترةٍ من الزَّمَنِ جَرَيانَ مياهِ الأردن، فانسابَت عكسَ مجرى النَّهر، وقسَّمَ بينَهم أرضَ الميعاد بحسبِ عددِ القبائلِ والأُسَر. ولكن، بالرغمِ من حبِّهِ لهم ومن إحساناتِه التي غمرَهم بها، أنكروا الجميلَ، وكأنّهم نَسَوْا كلَّ شيءٍ، فتركوا عبادةَ الله وابتعدوا عنها، وعادوا اكثرَ من مرّةٍ إلى عيادةِ الأصنام.
    ونحن أيضًا لمّا كنّا "وثنيّين كنّا نندفعُ إلى الأوثانِ البُكمِ على غيرِ هدى (ر. 1 قورنتس 12: 2)، إلا أنّ اللهَ فصلَنا عن زيتونةِ الأممِ البرّيّةِ، وشذَّبَ فينا الأغصانَ البرّيّةَ، وركَّبَنا في الزَّيتونةِ الحقيقيَّة" (ر. روما 11: 24)، وجعلَنا شركاءَ في أصولِها وفي حيويّتِها. وأخيرًا "لم يُوَفِّرْ ابنَه نفسَه بل أسلمَه اللهُ من أجلِنا ذبيحةً وقربانًا للهِ طيِّبَ الرَّائحة، ليفتدِيَنا من كلِّ إثٍم ويطهِّرَ له شعبًا يُرضِيه" (ر. روما 8: 22 وأفسس 5: 2 وطيطس 2: 14).
    كلُّ هذه الوقائعُ ليسَت فقط براهينَ على محبّةِ الله، ولكنَّها آياتٌ بيِّناتٌ لمحبّتِه العظيمةِ ولإحساناتِه إلينا. إلا أنّنا نحن البشرَ مُغرِقون في نُكرانِ الجميل، بل نبلغُ أقصى درجاتِ العُقوق، فلا نعتبرُ الحبَّ، ولا نعترفُ بعظمةِ الإحسان. نزدري خالقَ كلِّ هذه الإحساناتِ وواهبَها، ونقفُ منه موقفَ المستخِفّ. بل لا تحرِّكُنا مثلُ هذه الرَّحمةِ العظيمةِ والمستمرّةِ للخطأة، ولا تدفعُنا إلى ضبطِ حياتِنا وأخلاقِنا بحسبِ شريعتهِ المقدَّسة.
    كلُّ هذا يُكتبُ للأجيالِ المُقبلةِ لتخليدِ الذِّكرى: كلُّ من يعتبرُ نفسَهُ حاملًا الاسمَ المسيحيَّ في الأجيالِ المُقبِلة، فليعترِفْ برأفةِ الله العظيمةِ لنا، ولا يَكُفَّ عن تسبيحِه أبدًا.



http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

From a commentary on the psalms by Saint John Fisher, bishop and martyr (Ps. 101: Opera omnia, ed. 1597, pp. 1588-1589) The wonderful works of God

First God freed Israel from the bondage of Egypt by performing many signs and wonders. He permitted them to cross the Red Sea dry-shod. He fed them in the desert with food from heaven in the form of manna and quail. When they were suffering from thirst he produced an everflowing spring of water from the hardest rock. He gave them victory over all the enemies who made war against them. He forced the river to flow backward for a time. He divided the promised land and distributed it among them according to the number of their tribes and families.

Yet even though he treated them so lovingly and generously, the Israelites were ungrateful and seemed forgetful to all of this. They abandoned the worship of God and more than once they were guilty of the abominable sin of idolatry.

Then he also took pity on us,when we were pagans who went off to mute idols wherever we were led.He severed us from the wild olive tree of paganism and, breaking our natural branches, he grafted us onto the true olive tree of Judaism and made us share in the root of his grace and its richness. Finally, he did not spare his own Son but gave him up for us all, an offering and a sacrifice to God in a fragrant odor, that he might redeem us from all our iniquity and cleanse for himself an acceptable people.

Now all these things are not merely certain arguments but also clear proof of his deep love and kindness for us. And yet we are the most ungrateful of men. Indeed, we have gone beyond the bounds of ingratitude: we give no thought to his love, nor do we recognize the extent of his kindnesses to us. Rather we reject the one who lavishes so many favors and even appear to despise him; and the remarkable mercy that he has continually shown to sinners does not move us to form our lives and conduct according to his most holy command.

Clearly these things are worthy to be written down in the second generation so as to preserve their memory for ever. Thus all who are still to be counted among Christians will know the great kindness of God toward us and never cease singing his divine praises.

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

Del comentario de san Juan Fisher, obispo y mártir, sobre los salmos (Salmo 101: Opera omnia, edición 1597, pp. 1588-1589) LAS MARAVILLAS DE DIOS


Primero, Dios liberó al pueblo de Israel de la esclavitud de Egipto, con grandes portentos y prodigios; los hizo pasar el mar Rojo a pie enjuto; en el desierto, los alimentó con manjar llovido del cielo, el maná y las codornices, cuando padecían sed, hizo salir de la piedra durísima un perenne manantial de agua; les concedió la victoria sobre todos los que guerreaban contra ellos; por un tiempo, detuvo de su curso natural las aguas del Jordán; les repartió por suertes la tierra prometida, según sus tribus y familias. Pero aquellos hombres ingratos, olvidándose del amor y munificencia con que les había otorgado tales cosas, abandonaron el culto del Dios verdadero y se entregaron, una y otra vez, al crimen abominable de la idolatría.
Después, también a nosotros, que, cuando éramos gentiles, nos sentíamos arrebatados hacia los ídolos mudos, siguiendo el ímpetu que nos venía, Dios nos arrancó del olivo silvestre de la gentilidad, al que pertenecíamos por naturaleza, nos injertó en el verdadero olivo del pueblo judío, desgajando para ello algunas de sus ramas naturales, y nos hizo partícipes de la raíz de su gracia y de la rica sustancia del olivo. Finalmente, no perdonó a su propio Hijo, sino que lo entregó por todos nosotros como oblación y víctima de suave olor, para rescatarnos de toda maldad y para prepararse un pueblo purificado.
Todo ello, más que argumentos, son signos evidentes del inmenso amor y bondad de Dios para con nosotros; y, sin embargo, nosotros, sumamente ingratos, más aún, traspasando todos los límites de la ingratitud, no tenemos en cuenta su amor ni reconocemos la magnitud de sus beneficios, sino que menospreciamos y tenemos casi en nada al autor y dador de tan grandes bienes; ni tan siquiera la extraordinaria misericordia de que usa continuamente con los pecadores nos mueve a ordenar nuestra vida y conducta conforme a sus mandamientos.
Ciertamente, es digno todo ello de que sea escrito para las generaciones futuras, para memoria perpetua, a fin de que todos los que en el futuro han de llamarse cristianos reconozcan la inmensa benignidad de Dios para con nosotros y no dejen nunca de cantar sus alabanzas.


http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

COMMENTAIRE DE SAINT JEAN FISHER SUR LES PSAUMES Les merveilles de Dieu.


Dieu a délivré le peuple d'Israël de la servitude d'Égypte en multipliant les signes et les prodiges. Il leur a fait traverser la Mer Rouge à pied sec ; au désert, il les a nourris d'aliments célestes, la manne et les cailles; comme ils souffraient de la soif, il a tiré du rocher très dur une source intarissable ; il les a rendus victorieux de tous les ennemis qui leur faisaient la guerre ; il a fait reculer pour quelque temps les flots du Jourdain, à contre-courant ; il leur a partagé et distribué la terre promise selon le nombre des tribus et des familles. Alors qu'il leur avait montré son amour en les comblant de bienfaits, ces hommes ingrats, comme s'ils avaient tout oublié, abandonnèrent et rejetèrent le culte de Dieu en s'attachant plus d'une fois au crime mortel de l'idolâtrie.

Puis nous-mêmes, quand nous étions païens, nous étions entraînés vers les idoles muettes. Mais Dieu nous a retranchés de l'olivier sauvage du paganisme, et nous a, contrairement à notre nature, greffés sur l'olivier franc du peuple d'Israël et nous a unis à ses racines et à sa sève, c'est-à-dire à sa grâce. Enfin, il n'a pas refusé son propre Fils, il l'a livré pour nous tous, en sacrifice et oblation présentés à Dieu comme un parfum d'agréable odeur, afin de nous racheter de toute iniquité et de purifier un peuple qui lui plaise.

Tous ce faits ne sont pas seulement des preuves, mais des signes absolument certains de son immense amour et de sa bienveillance envers nous. Mais nous sommes infiniment ingrats, nous dépassons toutes les bornes de l'ingratitude, nous ne tenons pas compte de son amour, nous méconnaissons l'immensité de ses bienfaits, nous négligeons l'auteur et le dispensateur de tant de biens, nous le traitons pour ainsi dire avec mépris. Et une si remarquable miséricorde offerte inlassablement aux pécheurs ne nous pousse pas à régler notre vie et nos mœurs conformément à sa loi très sainte !

Tout cela, qui est écrit pour les générations futures, afin d'en perpétuer la mémoire, mérite bien que tous les chrétiens de l'avenir, en reconnaissant toute la bonté de Dieu pour nous, ne cessent jamais de célébrer ses louanges.


http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

[AELF] Lectures du jour


Lectures de la messe

1ère lecture : « Vous avez soutenu le dur combat. Ne perdez pas votre assurance » ( He 10, 32-39 )


Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères,
souvenez- vous de ces premiers jours
où vous veniez de recevoir la lumière du Christ :
vous avez soutenu alors le dur combat des souffrances,
tantôt donnés en spectacle sous les insultes et les brimades,
tantôt solidaires de ceux qu'on traitait ainsi.
En effet, vous avez montré de la compassion
à ceux qui étaient en prison ;
vous avez accepté avec joie
qu'on vous arrache vos biens,
car vous étiez sûrs de posséder un bien encore meilleur, et permanent.
Ne perdez pas votre assurance ;
grâce à elle, vous serez largement récompensés.
Car l'endurance vous est nécessaire
pour accomplir la volonté de Dieu
et obtenir ainsi la réalisation des promesses.
En effet, encore un peu, très peu de temps,
et celui qui doit venir arrivera,
il ne tardera pas.
Celui qui est juste à mes yeux par la foi vivra ;
mais s'il abandonne,
je ne trouve plus mon bonheur en lui.
Or nous ne sommes pas, nous, de ceux qui abandonnent
et vont à leur perte,
mais de ceux qui ont la foi
et sauvegardent leur âme.


– Parole du Seigneur.

Psaume : ( 36 (37), 3-4, 5-6, 23-24, 39-40ac )


R/

Le salut des justes vient du Seigneur.

Fais confiance au Seigneur, agis bien,
habite la terre et reste fidèle ;
mets ta joie dans le Seigneur :
il comblera les désirs de ton cœur.

Dirige ton chemin vers le Seigneur,
fais- lui confiance, et lui, il agira.
Il fera lever comme le jour ta justice,
et ton droit comme le plein midi.

Quand le Seigneur conduit les pas de l'homme,
ils sont fermes et sa marche lui plaît.
S'il trébuche, il ne tombe pas
car le Seigneur le soutient de sa main.

Le Seigneur est le salut pour les justes,
leur abri au temps de la détresse.
Le Seigneur les aide et les délivre,
car ils cherchent en lui leur refuge.

Evangile : « L'homme qui jette en terre la semence, qu'il dorme ou qu'il se lève, la semence grandit, il ne sait comment » ( Mc 4, 26-34 )


Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Tu es béni, Père, Seigneur du ciel et de la terre, tu as révélé aux tout- petits les mystères du Royaume ! Alléluia.  

(cf. Mt 11, 25)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,

Jésus disait aux foules :
« Il en est du règne de Dieu
comme d'un homme qui jette en terre la semence :
nuit et jour,
qu'il dorme ou qu'il se lève,
la semence germe et grandit,
il ne sait comment.
D'elle-même, la terre produit d'abord l'herbe,
puis l'épi, enfin du blé plein l'épi.
Et dès que le blé est mûr,
il y met la faucille,
puisque le temps de la moisson est arrivé. »


Il disait encore :
« À quoi allons- nous comparer le règne de Dieu ?
Par quelle parabole pouvons- nous le représenter ?
Il est comme une graine de moutarde :
quand on la sème en terre,
elle est la plus petite de toutes les semences.
Mais quand on l'a semée,
elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ;
et elle étend de longues branches,
si bien que les oiseaux du ciel
peuvent faire leur nid à son ombre. »


Par de nombreuses paraboles semblables,
Jésus leur annonçait la Parole,
dans la mesure où ils étaient capables de l'entendre.
Il ne leur disait rien sans parabole,
mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.


– Acclamons la Parole de Dieu.

30 janvier 2015
Vendredi, 3ème Semaine du Temps Ordinaire
vert de la férie
 

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones