Follow by Email

vendredi 31 octobre 2014

Lettre de fidélité obéissante et aimante

STAT VERITAS: El modernismo, religión del Anticristo.

STAT VERITAS: El modernismo, religión del Anticristo.


"El modernismo es la última evolución del protestantismo liberal y es la herejía más sutil y compleja que ha existido y puede existir, de modo que sin duda será la religión del Anticristo; porque concilia en sí las dos notas antagónicas con que San Pablo describe misteriosamente el Hombre de Pecado, y que hasta hoy parecían incompatibles: 1°, será adversario de toda religión y culto; 2°, se sentará en el templo haciéndose adorar como Dios. El modernismo deshace toda religión existente, apropiándose empero de sus formas exteriores, a las cuales vacía de su contenido para rellenarlas con la idolatría del hombre".


R.P. Leonardo Castellani, tomado de sus comentarios a la Suma Teológica de Santo Tomás de Aquino.

RORATE CÆLI: Plenary Indulgence Reminders for the first week in November (November 1st-8th)

http://rorate-caeli.blogspot.fr/2014/10/plenary-indulgence-reminders-for-first.html?m=1

HOMÉLIE DE BAUDOUIN DE FORD SUR LA LETTRE AUX HÉBREUX


«Vivante est la parole de Dieu et efficace».

Vivante est la parole de Dieu, efficace, et plus acérée qu'une épée à deux tranchants. La puissance et la sagesse que renferme la parole de Dieu se manifestent dans ce passage à ceux qui cherchent le Christ, lui-même :Verbe, puissance et sagesse de Dieu. Le Verbe, de même éternité que le Père, et avec lui dès le principe, s'est révélé aux Apôtres à l'époque fixée par lui. Ensuite les Apôtres l'ont annoncé au monde, et la foi des peuples croyants l'a reçu en toute humilité. Il est donc le Verbe auprès du Père, le Verbe en la bouche des Apôtres, le Verbe en nos coeurs.

Et cette parole de Dieu est vivante, puisque le Père lui a donné d'avoir en elle la vie, comme le Père a la vie en lui-même. Aussi n'est-elle pas seulement une parole vivante, mais elle est la vie. C'est ainsi que le Christ se présente lui-même : Je suis le chemin, la vérité et la vie. Puisqu'il est vivant, puisqu'il est la vie elle-même, il est également force de vie : Comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, de même le Fils donne la vie à qui il veut. Donateur de vie, il l'est assurément quand il appelle un mort et le fait sortir du tombeau en lui disant: Lazare, vient dehors!

Quand on prêche cette Parole, elle donne par cette prédication, à la parole extérieurement audible, la puissance même de sa parole intérieurement perçue. Dès lors, les morts ressuscitent et ce témoignage fait surgir de nouveaux fils d'Abraham. Elle est donc vivante, cette Parole, vivante dans le coeur du Père, vivante sur les lèvres du prédicateur, et vivante dans les coeurs, remplis de foi et d'amour. Et puisque c'est une Parole vivante, nul doute qu'elle ne soit aussi efficace.

Elle agit dans la création du monde, dans son gouvernement et dans sa rédemption. Où trouver plus grande efficacité? puissance plus éclatante? Qui dira les merveilles du Seigneur? Qui fera entendre toute sa gloire? L'efficacité de la Parole se manifeste dans ses oeuvres, elle se manifeste aussi dans la prédication. Car elle ne revient jamais sans effet, mais elle est source de progrès en toute créature à laquelle elle est envoyée.

La Parole est donc efficace, et plus pénétrante qu'une épée à deux tranchants, quand elle est reçue avec foi et amour. En effet, qu'y a-t-il d'impossible pour celui qui croit? Et qu'y a-t-il de rigoureux pour celui qui aime? Quand s'élève la voix du Verbe, elle s'enfonce dans le coeur comme des flèches de combat qui déchirent, comme des clous fichés profondément, et elle pénètre si loin qu'elle atteint le fond le plus secret. Oui, cette Parole pénètre plus loin qu'une épée à deux tranchants, car il n'est pas de puissance ni de force qui puisse porter de coups aussi sensibles, et l'esprit humain ne peut concevoir de pointe aussi subtile et pénétrante. Toute la sagesse humaine, toute la délicatesse du savoir naturel sont loin d'atteindre son acuité.



De los tratados de Balduino de Cantorbery, obispo


(Tratado 6: PL 204, 451-453)
LA PALABRA DE DIOS ES VIVA Y EFICAZ

La palabra de Dios es viva y eficaz, más tajante que espada de doble filo. Los que buscan a Cristo, palabra, fuerza y sabiduría de Dios, descubren por esta expresión de la Escritura toda la grandeza, fuerza y sabiduría de aquel que es la verdadera palabra de Dios y que existía ya antes del comienzo de los tiempos y, junto al Padre, participaba de su misma eternidad. Cuando llegó el tiempo oportuno, esta palabra fue revelada a los apóstoles, por ellos el mundo la conoció, y el pueblo de los creyentes la recibió con humildad. Esta palabra existe, por tanto, en el seno del Padre, en la predicación de quienes la proclaman y en el corazón de quienes la aceptan.
Esta palabra de Dios es viva, ya que el Padre le ha concedido poseer la vida en sí misma, como el mismo Padre posee la vida en sí mismo. Por lo cual, hay que decir que esta palabra no sólo es viva, sino que es la misma vida, como afirma el propio Señor, cuando dice: Yo soy el camino, y la verdad, y la vida. Precisamente porque esta palabra es la vida, es también viva y vivificante; por esta razón, está escrito: Lo mismo que el Padre resucita a los muertos y les da vida, así también el Hijo da vida a los que quiere. Es vivificante cuando llama a Lázaro del sepulcro, diciendo al que estaba muerto: Lázaro, ven afuera.
Cuando esta palabra es proclamada, la voz del predicador resuena exteriormente, pero su fuerza es percibida interiormente y hace revivir a los mismos muertos, y su sonido engendra para la fe nuevos hijos de Abrahán. Es, pues, viva esta palabra en el corazón del Padre, viva en los labios del predicador, viva en el corazón del que cree y ama. Y, si de tal manera es viva, es también, sin duda, eficaz.
Es eficaz en la creación del mundo, eficaz en el gobierno del universo, eficaz en la redención de los hombres. ¿Qué otra cosa podríamos encontrar más eficaz y más poderosa que esta palabra? ¿Quién podrá contar las hazañas de Dios, pregonar toda su alabanza? Esta palabra es eficaz cuando actúa y eficaz cuando es proclamada; jamás vuelve vacía, sino que siempre produce fruto cuando es enviada.
Es eficaz y más tajante que espada de doble filo para quienes creen en ella y la aman. ¿Qué hay, en efecto, imposible para el que cree o difícil para el que ama? Cuando esta palabra resuena, penetra en el corazón del creyente como si se tratara de flechas de arquero afiladas; y lo penetra tan profundamente que atraviesa hasta lo más recóndito del espíritu; por ello se dice que es más tajante que una espada de doble filo, más incisiva que todo poder o fuerza, más sutil que toda agudeza humana, más penetrante que toda la sabiduría y todas las palabras de los doctos.


From a work by Baldwin of Canterbury, bishop

(Tract. 6: PL 204, 451-453)

The word of God is both living and powerful

The word of God is both living and powerful and much more piercing than a two-edged sword. The word of God is plainly shown in all its strength and wisdom to those who seek out Christ, who is the word, the power and the wisdom of God. This word was with the Father in the beginning, and in its own time was revealed to the apostles, then preached by them and humbly received in faith by believers. So, the word is in the Father, as well as on our lips and in our hearts.

This word of God is living; the Father gave it life in itself, just as he has life in himself. For this reason it not only is alive, but it is life, as he says of himself: I am the way, the truth and the life.Since he is life, he is both living and life-giving. For, as the Father raises up the dead and gives them life, so also the Son gives life to those he chooses. He is life-giving when he calls the dead from the grave and says: Lazarus, come forth.

When this word is preached, in the very act of preaching it gives to its own voice, which is heard outwardly, a certain power which is perceived inwardly, so much so, that the dead are brought back to life and by these praises the sons of Abraham are raised from the dead. This word then is alive in the heart of the Father, on the lips of the preacher, and in the hearts of those who believe and love him. Since this word is so truly alive, undoubtedly it is full of power.

It is powerful in creation, powerful in the government of the universe, powerful in the redemption of the world. For what is more powerful, more effective? Who shall speak of its power; who shall make all its praises heard? It is powerful in what it accomplishes, powerful when preached. It does not come back empty; it bears fruit in all to whom it is sent.

It is powerful and more piercing than any two-edged sword when it is believed and loved. For what is impossible to the believer? What is difficult for a lover? When this word is spoken, its message pierces the heart like the sharp arrows of a strong man, like nails driven deep; it enters so deeply that it penetrates to the innermost recess. This word is much more piercing than any two-edged sword, inasmuch as it is stronger than any courage or power, sharper than any shrewdness of human ingenuity, keener than all human wisdom, or the subtlety of learned argument.

http://adoratioiesuchristi.blogspot.fr/

من مجموعة المؤلفات لبالدوينس أسقف كانتربري



(الكتاب 6: PL 204، 451- 453)

كلام الله حيٌّ وناجع

    "إنَّ كَلامَ اللهِ حَيٌّ نَاجِعٌ، أمضَى مِن كُلِّ سَيفٍ ذِي حَدَّيْنِ" (عبرانيون 4: 12). تُبيِّنُ هذه الآيةُ ما في كلمةِ الله من حكمةٍ وقدرةٍ عظيمة، لمن يبحثون عن المسيحِ كلمةِ الله وقدرتِه وحكمتِه. كانَ "الكلمةُ في البدءِ لدى الله"، مساويًا له في الأزليّة، ولمـّا "تَمَّ الزَّمانُ" ظهرَ للرُّسلِ فبشَّروا به، واستقبلَتْه الشُّعوبُ وآمنَتْ به بتواضع. هو الكلمةُ الذي كانَ لدى الآب، وهو الكلمةُ الذي سَمِعَ به المؤمنون، وهو الكلمةُ الذي آمنُوا به في قلوبِهم.
    وكلامُ اللهِ هذا حيٌّ، أعطاه "الآبُ أن تكونَ له الحياةُ في ذاتِه، كما أنَّ الآبَ له الحياةُ في ذاتِه". ولهذا ليسَ حيًّا وحسب، بل هو الحياة، كما قالَ هو عن نفسه: "أنَا الطَّرِيقُ وَالحَقُّ وَالحَيَاةُ" (يوحنا 14: 6). وَبِمَا أنَّهُ هو الحياة، فهو حيٌّ وواهبٌ الحياةَ للآخرين: "فَكَمَا أنَّ الآبَ يُقِيمُ المـَوتَى وَيُحيِيهِم، فَكَذَلِكَ الابنُ يُحيِي مَن يَشَاءُ" (يوحنا 5: 21). وهبَ الحياةَ لمـّا دعا الميْتَ من القبر: "يَا لَعَازَر، هَلُمَّ فَاخرُجْ" (يوحنا 11: 43).
    عندما يعظُ الواعظُ بهذا الكلام، يُعطي بصوتِه ولصوتِه الذي يُسمَعُ في الخارج قوَّةَ الكلامِ الذي يُدرَكُ في الباطنِ والتي بها تُوهَبُ الحياةُ للأمواتِ ويُقامُ في التَّهليل والتَّسبيح أبناءٌ لإبراهيم. هذا الكلامُ  حيٌّ في قلبِ الآب، وحيٌّ في فَمِ الوُعَّاظ، وحيٌّ في قلبِ المؤمنِ والمحِبِّ. فالكلام الذي هو حيٌّ بهذه الصُّورة لا شكَّ وأنَّه أيضًا ناجِعٌ.
    هو ناجعٌ في خلقِ الخليقة، وناجعٌ في تدبيرِ العالم، وناجعٌ في فداءِ العالم. فأيُّ شيءٍ أنجعُ وأيُّ شيءٍ أقدَرُ؟ "فَمَن ذَا الَّذِي يُحَدِّثُ بِمَآثِرِ الرَّبِّ وَيُسمِعُ تَسبِحَتَهُ كُلَّهَا؟" (مزمور 105: 2). ناجعٌ عندما يَعملُ، وناجعٌ عندما يُوعَظُ به. إنَّ كلامَ الله لا يعودُ فارغًا، بل في كلِّ ما يُرسَلُ إليه يَنجَحُ.
    هو  نَاجِعٌ، وأمضَى مِن كُلِّ سَيفٍ ذِي حَدَّيْنِ" (عبرانيون 4: 12)، وفعاليَّتُه متوقِّفةٌ على إيمانِ المؤمنِ وحبِّه. وفي الواقع أيُّ شيءٍ يستحيلُ على المؤمن، أم أيُّ شيءٍ يَصعُبُ على المـُحِبّ؟ إذا تكلَّم بهذا الكلام نفذَ كلامُه إلى القلبِ مثلَ "سهامِ جبّارٍ مسنونة"، ومثلَ مساميرَ غُرِزَت في العمق، ودخلَتْ بقدر ما نفَذَتْ في الصَّميم: لأنَّ هذا الكلامَ "أنفَذُ مِن كُلِّ سَيفٍ ذِي حَدَّيْن"، وأقوى من كلِّ قوَّةٍ وقدرة، وأدقُّ من كلِّ دقيقٍ في كلِّ ذهنٍ بشريّ، وأحكمُ  من حكمةِ كلِّ حكيم، وأمضى من علمِ كل عالم.  

[AELF] Lectures du jour

Lectures de la messe

1ère lecture : L'affection toute spéciale de Paul pour les Philippiens s'exprime en une prière fervente ( Ph 1, 1-11 )


Commencement de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens

Nous, Paul et Timothée, serviteurs du Christ Jésus, nous nous adressons à tous les fidèles du Christ Jésus qui vivent à Philippes, en union avec les responsables et ministres de l'Église. Que la grâce et la paix soient avec vous de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.
Je rends toujours grâce à mon Dieu quand je fais mention de vous : chaque fois que je prie pour vous tous, c'est toujours avec joie, à cause de ce que vous avez fait pour l'Évangile en communion avec moi, depuis le premier jour jusqu'à maintenant. Et puisque Dieu a si bien commencé chez vous son travail, je suis persuadé qu'il le continuera jusqu'à son achèvement au jour où viendra le Christ Jésus. Il est donc juste que j'aie de telles dispositions à votre égard, car je vous porte dans mon cœur, puisque vous communiez tous à la grâce qui m'est faite de justifier et d'affermir l'annonce de l'Évangile jusque dans ma prison. Oui, Dieu est témoin de mon attachement pour vous tous dans la tendresse du Christ Jésus. Et, dans ma prière, je demande que votre amour vous fasse progresser de plus en plus dans la connaissance vraie et la parfaite clairvoyance qui vous feront discerner ce qui est plus important. Ainsi, dans la droiture, vous marcherez sans trébucher vers le jour du Christ ; et vous aurez en plénitude la justice obtenue grâce à Jésus Christ, pour la gloire et la louange de Dieu.

Psaume : ( 110, 1-2, 3-4, 5-6 )


R/ À toi, Seigneur, gloire et louange !
Ou Alléluia !

De tout cœur je rendrai grâce au Seigneur
dans l'assemblée, parmi les justes.
Grandes sont les œuvres du Seigneur ;
tous ceux qui les aiment s'en instruisent.

Noblesse et beauté dans ses actions :
à jamais se maintiendra sa justice.
De ses merveilles il a laissé un mémorial ;
le Seigneur est tendresse et pitié.

Il a donné des vivres à ses fidèles,
gardant toujours mémoire de son alliance.
Il a montré sa force à son peuple,
lui donnant le domaine des nations.

Evangile : Repas chez un pharisien le jour du sabbat : guérison de l'hydropique ( Lc 14, 1-6 )


Acclamation : Alléluia. Alléluia. Béni le Seigneur, ô mon âme, n'oublie aucun de ses bienfaits : il te guérit de toute maladie, il réclame ta vie à la tombe. Alléluia. (Ps 102, 2.4-5)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et on l'observait. Justement, un homme atteint d'hydropisie était là devant lui. Jésus s'adressa aux docteurs de la Loi et aux pharisiens pour leur demander : « Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat ? » Ils gardèrent le silence. Jésus saisit alors le malade, le guérit et le renvoya. Puis il leur dit : « Si l'un de vous a son fils ou son boeuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas l'en retirer aussitôt, le jour même du sabbat ? » Et ils furent incapables de trouver une réponse.

31 octobre 2014
Vendredi, 30ème Semaine du Temps Ordinaire
vert de la férie

Vous recevez ce message parce que vous vous êtes inscrit au service de l'AELF
Modifier ou suspendre votre abonnement

Vos dons nous permettront de développer le portail AELF et de continuer à proposer nos services gratuitement pour tous. Chaque don, même modeste, compte !
Vous pouvez effectuer votre don en ligne , ou encore par chèque bancaire ou postal adressé à :
AELF, 58 avenue de Breteuil, 75007 Paris

 

© AELF, Association Épiscopale Liturgique pour les Pays Francophones

jeudi 30 octobre 2014

La troisième édition du pèlerinage international du peuple Summorum Pontificum à Rome

PaixLiturgique.com



La troisième édition du pèlerinage international du peuple Summorum Pontificum à Rome a démontré une nouvelle fois la vigueur mais aussi la profonde piété et la joie sereine des fidèles, prêtres, religieux et séminaristes qui vivent leur foi au rythme de la forme extraordinaire du rite romain.


Dans des temps difficiles pour l'Église et ses fidèles – nous pensons à Asia Bibi et aux martyrs de l'Orient plus ou moins proche, notamment – et au lendemain d'un Synode sur la famille quelque peu électrique, le peuple Summorum Pontificum s'est retrouvé autour des tombeaux des Apôtres pour manifester l'éternelle jeunesse de la liturgie romaine traditionnelle. Au même moment, à Lourdes, la Fraternité saint Pie X faisait de même. Gageons que les prières des uns, portées par le Prince des Apôtres et offertes par la Bienheureuse Vierge Marie, seront montées vers le Christ-Roi (que le calendrier traditionnel fêtait ce dimanche 26 octobre) en un unique bouquet spirituel dont le parfum aura été agréable à Notre Seigneur, Roi des rois.




I – LES TEMPS FORTS DU PÈLERINAGE


Dès les vêpres d'ouverture du jeudi, il était évident que le pèlerinage débutait sous les meilleurs auspices. Pour la première fois en trois ans, l'église de la Trinité-des-Pèlerins était pleine dès les vêpres chantées cette année par les séminaristes de l'Institut du Bon Pasteur (IBP) et présidées par Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la commission Ecclesia Dei.

Vendredi matin, les pèlerins se sont agenouillés aux pieds de Notre-Dame de l'Enfantement, en la basilique Sant'Agostino, pour un chapelet pour l'enfant à naître dont les méditations, superbes !, avaient été rédigées par Jeanne Smits à la demande du Cœtus Internationalis Summorum Pontificum qui organise le pèlerinage. L'abbé Hausmann, du diocèse de Saint-Pölten, en Autriche, et le chanoine Trauchessec, de l'Institut du Christ-Roi, ont conduit le chapelet que les Sœurs franciscaines de l'Immaculée ont chanté pour le plus grand bonheur des fidèles présents.

Après le Chemin de Croix, récité sur le Palatin, à l'endroit même où saint Léonard de Port-Maurice en a fixé et diffusé la pratique au XVIIIème siècle, les pèlerins ont regagné la Trinité-des-Pèlerins pour le pontifical que devait y célébrer le cardinal Pell, Préfet pour l'Économie du Saint-Siège. Alité, le cardinal avait délégué son secrétaire, l'abbé Withoos, prêtre australien habitué du pèlerinage de Chartres et ancien officiel de la Commission Ecclesia Dei. Au cours de la messe, célébrée pour les 10 ans de Juventutem, l'association qui rassemble les jeunes liés à la liturgie traditionnelle lors des JMJ, l'abbé Withoos a présenté les excuses du cardinal Pell et lu son homélie. En dépit de ce changement de dernière minute, ni la foule des fidèles et des ecclésiastiques(nous n'avions jamais vu la Trinité-des-Pèlerins aussi remplie!), ni le service liturgique, ni la chorale venue de la basilique Notre-Dame de Fribourg n'ont été troublés. Tout prêtre, quel que soit son rang, est identiquement, lorsqu'il célèbre la messe, le représentant du Souverain Prêtre.

Juventutem oblige, de nombreux jeunes étaient présents en sus de la vingtaine de délégués de l'association. Dans le sermon lu par l'abbé Withoos, le cardinal Pell leur a tout particulièrement demandé d'expliquer tout au long de l'année qui vient et en vue de la phase 2 du Synode, « dans la charité et en rendant raison de votre espérance » : « la nécessité de la conversion, la nature de la Messe et la pureté de cœur que les Écritures requièrent pour l'accès à la Sainte Communion ».

Samedi, après une adoration eucharistique très priante, c'est de la superbe et peu
connue basilique San Lorenzo in Damaso, comprise dans le Palais de la Chancellerie apostolique où, pour quelques temps encore, le cardinal Burke a son bureau de Préfet de la Signature apostolique, qu'est partie la désormais traditionnelle procession solennelle vers la Basilique Saint-Pierre de Rome. Les fidèles, précédés d'une centaine d'ecclésiastiques, ont emprunté la « Via del Pellegrino » – la rue du Pèlerin, joli symbole ! – pour gagner le château Saint-Ange puis la via della Conciliazione pour remonter vers la basilique pontificale. À l'entrée de la place Saint-Pierre, plusieurs centaines de pèlerins supplémentaires les attendaient pour franchir le seuil de Pierre en entonnant le Credo, selon l'usage.


Au final, c'est en présence de près de 2000 fidèles, dont au moins 250 ecclésiastiques (une vingtaine de franciscaines de l'Immaculée avaient discrètement pris place au fond de la basilique), que le cardinal Burke a célébré la Sainte Messe, chantée par un groupe de séminaristes du Collège nord-américain de Rome. Parmi les prélats, signalons la présence du cardinal Levada, ancien Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, qui tenait à manifester son amitié envers son compatriote américain. À la sortie de la célébration, le cardinal Burke est sortir de la basilique par le parvis où l'attendaient de nombreux pèlerins désireux de lui témoigner leur gratitude et leur affection. Leur joie était d'autant plus grande que durant la cérémonie avaient été lus par Mgr Pozzo deux messages : l'un, désormais traditionnel , du cardinal Secrétaire d'État au nom du pape François et l'autre, inattendu et chaleureux, du pape émérite Benoît XVI.

Le samedi après-midi, à la Trinité-des-Pèlerins, les séminaristes de l'IBP ont offert un concert spirituel de grande qualité suivi par de nombreux pèlerins malgré la fatigue.

Enfin, le dimanche, c'est un nonce apostolique français, Mgr François Bacqué, qui a clos le pèlerinage à Rome, en célébrant la fête du Christ-Roi à la Trinité-des-Pèlerins, là encore devant une assistance nombreuse. Dans le même temps, en la basilique Saint-Benoît, à Nursie, le cardinal Brandmüller adressait la bénédiction pontificale aux 200 fidèles qui avaient répondu à l'invitation des moines bénédictins – qui y célèbrent in utroque usu – de fêter avec eux la royauté de Notre-Seigneur Jésus-Christ.





II – LE MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS


Comme lors des précédentes éditions, c'est par un message du cardinal Secrétaire d'État au cardinal célébrant la messe à Saint-Pierre que le pape s'est adressé aux pèlerins.

À son Éminence Révérendissime,
le cardinal Raymond Leo Burke,
Préfet du Tribunal Suprême de la Signature Apostolique,

à l'occasion du pèlerinage à Rome du Cœtus Internationalis Summorum Pontificum, le Saint-Père
le pape François adresse son cordial salut, souhaitant que la participation au pieux itinéraire auprès des tombes des Apôtres suscite une fervente adhésion au Christ, célébré dans l'Eucharistie et dans le culte public de l'Église, et procure un élan renouvelé au témoignage du message éternel de la foi chrétienne.

Sa Sainteté, invoquant les dons abondants de l'Esprit Saint et la maternelle protection de la Mère de Dieu, vous demande de persévérer dans la prière pour soutenir son ministère universel de successeur de l'apôtre Pierre et adresse de tout cœur à Votre Éminence, aux prélats, aux prêtres et à tous les fidèles présents à cette sainte célébration Sa bénédiction apostolique, propitiatrice d'un chemin fécond sur la voie du bien. 
»




III – LE MESSAGE DE BENOÎT XVI


Lu une première fois le vendredi lors de la messe à la Trinité-des-Pèlerins, cette lettre du pape émérite a été lue une nouvelle fois à Saint-Pierre par Mgr Pozzo, secrétaire de la commission Ecclesia Dei. Il s'agit d'une réponse à l'invitation (*) que le délégué général du pèlerinage, Giuseppe Capoccia, avait transmise à Benoît XVI lors de leur entrevue le 1er septembre 2014.


Cher Délégué général,

Finalement, je trouve le temps de vous remercier de votre lettre du 21 août dernier. Je suis très heureux que l'Usus antiquus vive maintenant dans la pleine paix de l'Église, même chez les jeunes, soutenue et célébrée par de grands cardinaux.

Spirituellement je serai avec vous. Mon état de « moine cloîtré » ne me permet pas une présence à l'extérieur. Je ne sors de ma clôture que dans des cas particuliers, invité personnellement par le pape.

En communion de prière et d'amitié,

Vôtre dans le Seigneur,

Benoît XVI





IV – LES RÉFLEXIONS DE PAIX LITURGIQUE


1) Brésil, Pologne, États-Unis, Suisse, Angleterre, Hongrie, Slovénie, Philippines, République Tchèque, mais aussi Portugal, Danemark, Lituanie et Paraguay, sans oublier France et Italie, bien sûr : c'est un peuple international qui s'est retrouvé à Rome fin octobre, un peuple lié par une foi commune exprimée par une prière communedans une langue commune. Chaque année depuis 2012, le pèlerinage Summorum Pontificum démontre que, par son motu proprio de 2007, Benoît XVI a bel et bien répondu à un désir universellement partagé par de nombreux catholiques. Le responsable de la page Facebook du pèlerinage nous a d'ailleurs indiqué que parmi les plus de 12 500 amis du pèlerinage sur le réseau social, les cinq premiers pays représentés sont le Brésil, l'Italie, les États-Unis, la Pologne, les Philippines ; la France n'arrivant que neuvième, derrière le Mexique, l'Argentine et l'Espagne.

2) Tous les participants au pèlerinage – et les touristes de la place Saint-Pierre – ont été frappés par l'importance du nombre de jeunes clercs parmi les prêtres, religieux et séminaristes présents. Beaucoup de séminaristes, romains notamment, qu'ils soient diocésains ou d'une congrégation religieuse, ont participé à l'un ou l'autre des rendez-vous du pèlerinage. Rendre visible cette jeunesse du clergé Summorum Pontificum est l'un des grands mérites de ce pèlerinage romain. Il ne s'agit en fait que de la manifestation, au cœur de la catholicité, de l'attrait exercé par la liturgie traditionnelle sur les jeunes, ecclésiastiques ou non d'ailleurs. Ce lien fort entre jeune clergé et forme extraordinaire du rite romain est l'une des clés de l'essor à venir de celle-ci dans l'Église. N'en déplaise aux Cassandre de tout bord, l'effet Summorum Pontificum sur la jeunesse n'a pas disparu avec le renoncement de Benoît XVI.

3) Deux messages : celui au nom du pape régnant et celui personnel du pape émérite. L'un invitant au « témoignage éternel de la foi chrétienne », l'autre manifestant, en peu de mots simples mais chaleureux, une proximité amicale qui prouve que Benoît XVI, en dépit des mois dramatiques qu'il a traversés, reste lui-même. La liberté joyeuse qui ressort de la lettre de Benoît XVI au délégué général du pèlerinage nous inciterait d'ailleurs à encourager le Cœtus Internationalis Summorum Pontificum à réinviter l'an prochain le pape émérite. Nous sommes en effet convaincus que le pape François, qui a une nouvelle fois – en inaugurant un buste de Benoît XVI dans les jardins du Vatican – manifesté son affection et son estime pour son prédécesseur, ne saurait priver le pape du Motu Proprio de l'affection des prêtres, séminaristes et fidèles qui, comme l'écrivait l'abbé Barthe, aumônier du pèlerinage dans L'Homme nouveau (n°1574 du 27 septembre 2014), peuvent grâce à lui librement puiser dans le trésor liturgique et théologique qu'il a restitué à l'Église universelle.

***

(*) Voici l'essentiel de la lettre d'invitation transmise par Giuseppe Capoccia au pape émérite :

Nous sommes particulièrement conscients qu'avec son Motu Proprio de 2007, Votre Sainteté a voulu conserver pour l'Église le trésor de l'ancien Missel, avec le souci de ne pas blesser la structure de l'Église : la célébration de la forme extraordinaire se fait désormais paisiblement, sans polémique, au sein de paroisses où est célébrée habituellement la forme ordinaire. Comme Votre Sainteté a eu l'occasion de le dire autrefois, chacun de nous fait partie de telle portion concrète de l'Église locale où il trouve des frères et sœurs de toutes sensibilités. C'est pourquoi notre pèlerinage rassemble un nombre conséquent de séminaristes diocésains et de prêtres de paroisses, dont beaucoup célèbrent selon les deux formes du rite. […]

Oserons-nous en outre demander à Votre Sainteté, à Laquelle nous sommes redevables de tant de bénédictions que nous procure la célébration paisible et « normale » de la liturgie ancienne, la grâce de Sa présence toute simple et amicale lors de la messe du 25 octobre ? Ce serait un bonheur immense pour tous, prêtres, séminaristes, fidèles, de prier avec Votre Sainteté présente au milieu de ses Frères Cardinaux qui nous feront l'honneur d'être avec nous ce jour-là. 
»



Derrière le présent, il n'y a pas le néant

Derrière le présent, il n'y a pas le néant
A quelques jours de la Toussaint, et du jour où nous célébrons les défunts, une méditation bouleversante sur la mort par Benoît XVI, le 2 novembre 2011 (29/10/2014)

(ma traduction d'alors)

Chers frères et sœurs,

Après avoir célébré la solennité de la Toussaint, l'Eglise nous invite aujourd'hui à célébrer tous les fidèles défunts, à tourner notre regard vers les visages si nombreux qui nous ont précédés et qui ont fini leur voyage terrestre.
Dans l'audience de ce jour, alors, je voudrais proposer quelques réflexions simples sur la réalité de la mort, qui pour nous chrétiens est éclairée par la Résurrection du Christ, et pour renouveler notre foi en la vie éternelle.

Comme je le disais à l'Angélus d'hier, en ces jours, on, se rend au cimetière pour prier pour les êtres chers qui nous ont quittés, presque une visite pour leur exprimer, encore une fois, notre amour, pour les sentir encore proches, rappelant, de cette façon, un article du Credo : dans la communion des saints, il y a un lien étroit entre nous qui cheminons sur cette terre, et tous ces frères et sœurs qui ont déjà rejoint l'éternité.

Depuis toujours, l'homme s'est inquiété de ses morts et a essayé de leur donner une sorte de seconde vie à travers l'attention, les soins, l'affection. D'une certaine manière, nous voulons conserver leur expérience de vie; et, paradoxalement, comment ils ont vécu, ce qu'ils ont craint, ce qu'ils ont espéré et ce qu'ils ont détesté, nous le découvrons justement des tombes, devant lesquelles les souvenirs affluent. Elles sont presque un miroir de leur monde.

Pourquoi? Parce que, malgré que la mort soit souvent un thème presque interdit dans notre société, et qu'il y ait un effort continu pour enlever de nos esprits l'idée de la mort, elle regarde chacun de nous, elle regarde l'homme de chaque époque et de chaque lieu. Et devant ce mystère, tous, même inconsciemment, nous cherchons quelque chose qui nous invite à espérer, un signal qui nous donne la consolation, qui nous ouvre des horizons, qui nous offre un futur. La route de la mort, en réalité, est un chemin d'espérance, et parcourir les cimetières, comme lire les inscriptions sur les tombes, c'est accomplir un chemin marqué par l'espoir de l'éternité.

Mais nous nous demandons: pourquoi ressentons-nous de la peur devant la mort? Pourquoi l'humanité, en majorité, ne s'est-elle jamais résignée à croire qu'au-delà il n'y a tout simplement rien?
Je dirais que les réponses sont nombreuses: nous avons peur devant la mort, parce que nous avons peur du néant, de ce "partir" vers quelque chose que nous ne connaissons pas, qui nous est inconnu. Et alors il y a en nous un sentiment de refus, parce que nous ne pouvons pas accepter que tout ce qui, de beau et de grand, a été réalisé pendant toute une vie, est soudainement annulé, tombe dans l'abîme du néant. Surtout, nous sentons que l'amour appelle et demande l'éternité et qu'il n'est pas possible d'accepter qu'il soit détruit par la mort en un instant.

Et aussi, nous avons peur face à la mort, parce que quand nous sommes près de la fin de l'existence, il y a la perception qu'il y a un jugement sur nos actions, sur la façon dont nous avons mené notre vie, surtout sur ces points d'ombre qu'avec habileté, nous savons souvent retirer, ou tentons de retirer de notre conscience. Je dirais que la question du jugement est souvent sous-entendue dans le soin de l'homme de tous les temps pour les morts, dans l'attention aux personnes qui ont été significatives pour lui et qui ne sont plus à ses côtés dans les chemins de la vie terrestre. Dans un certain sens, les gestes d'affection et d'amour qui entourent le défunt, sont un moyen de le protéger dans la conviction qu'ils ne resteront pas sans effet sur le jugement. Cela, nous pouvons le percevoir dans la plupart des cultures qui caractérisent l'histoire de l'homme.

Aujourd'hui, le monde est devenu, au moins en apparence, beaucoup plus rationnel, ou plutôt, il s'est répandu une tendance à penser que toute réalité doit être confrontée avec les critères des science expérimentales, et que même à la grande question la mort, il doit être répondu non pas tant avec la foi, mais à partir de connaissances expérimentales, empirique. On ne rend pas suffisamment compte, toutefois, que, ce faisant, on finit par tomber dans des formes de spiritisme, dans une tentative d'avoir un contact avec le monde au-delà la mort, en imaginant presque qu'il y a à la fin une réalité, qui serait une copie de celle présente.

Chers amis, la solennité de la Toussaint et la Commémoration de tous les fidèles défunts nous disent que seuls ceux qui peuvent reconnaître une grande espérance dans la mort, peuvent également vivre une vie à partir de l'espérance.
Si nous réduisons l'homme seulement à sa dimension horizontale, à ce qui peut être perçu de façon empirique, la vie elle-même perd sa signification profonde. L'homme a besoin d'éternité, et tout autre espérance est pour lui trop brève, trop limitée. L'homme est explicable seulement s'il y a un amour qui dépasse tout isolement, même celui de la mort, dans une totalité qui transcende l'espace et le temps. L'homme n'est explicable, il ne trouve son sens le plus profond, que s'il y a Dieu, et nous savons que Dieu est sorti de son éloignement, et qu'il s'est fait proche de nous, il est entré dans notre vie et nous a dit: «Je suis la résurrection et la vie: celui qui croit en moi vivra, même s'il meurt et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais »(Jn 11,25-26).

Pensons un instant à la scène du Calvaire, et écoutons à nouveau les paroles que Jésus, du haut de la Croix, adresse au criminel crucifié à sa droite: "En vérité je te le dis, aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis" (Luc 23:43).
Pensons aux deux disciples sur la route d'Emmaüs, quand, après avoir parcouru un bout de chemin avec Jésus ressuscité, ils le reconnaissent et partent immédiatement à Jérusalem pour annoncer la Résurrection du Seigneur (cf. Lc 24,13-35).
Reviennent à l'esprit avec une clarté renouvelée les paroles du Maître: «Que votre cœur ne soit pas troublé. Ayez foi en Dieu, et ayez foi aussi en moi. Dans la maison de mon Père il y a plusieurs demeures. Sinon je n'aurais jamais dit: "Je vais vous préparer une place?" (Jn 14,1-2). Dieu s'est vraiment montré, il est devenu accessible, il a aimé le monde "au point de lui donner son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle" (Jn 3,16), et dans l'acte suprême d'amour de la Croix, s'immergeant dans l'abîme de la mort, il l'a vaincue, il est ressuscité et nous a ouvert les portes de l'éternité.
Le Christ nous soutient dans la nuit de la mort qu'il a lui-même traversée; il est le Bon Pasteur, sur qui on peut compter, sans aucune crainte, car il connaît le chemin, même dans l'obscurité.

Chaque dimanche, récitant le Credo, nous réaffirmons cette vérité. Et en nous rendant aux cimetières pour prier avec amour et affection pour nos proches, nous sommes invités, encore une fois, à renouveler avec force et courage notre foi en la vie éternelle, et même à vivre avec cette grande espérance et à la témoigner au monde: derrière le présent, il n'y a pas le néant. Et la foi en la vie éternelle donne au chrétien le courage d'aimer notre terre encore plus intensément et de travailler pour lui construire un futur, pour lui donner une espérance vraie et sûre.

L'année zéro de l'Eglise

L'année zéro de l'Eglise
Il m'a paru intéressant, dans un but d'information, de traduire cet article où Andrea Tornielli expose son point de vue sur le Synode à peine conclu. Un point de vue différent du ressenti d'une large proportion d'observateurs attentifs , y compris des participants, et également de journalistes aussi insoupçonnables que Giuseppe Rusconi, dont nous avons traduit plusieurs articles dans ces pages, et Angela Ambogetti, qui parlait le 21 octobre de "synode étange", et titrait même "un synode encore entièrement à comprendre", (cf. www.ilportonedibronzo.it).

Il faut croire qu'Andrea Tornielli a vécu tout autre chose - qui contient certainement aussi sa part de vérité.
L'intérêt de l'article réside en grande partie dans le statut privilégié de son auteur auprès du Pape.
Le titre est tout un programme. J'imagine que c'est une provocation, et le but est atteint!
Je m'abstiendrai d'autres commentaires (sauf des soulignements dans le texte), mes lecteurs sont assez grands pour se faire leur propre opinion: du reste, il y a différentes façons de lire l'article...
Juste un détail: cela devient une habitude d'instrumentaliser Benoît XVI à ses propres fins, en omettant la moitié de ses propos, juste pour accréditer la continuité, et donner une assise solide à des positions théologiques contestables. Il est vrai qu'hier François a rendu hommage au "grand pape".... dont il ne me semble pas si évident qu'il suive l'exemple.

L'ANNÉE ZÉRO DE L'EGLISE: «PARLER CLAIREMENT POUR SE FAIRE COMPRENDRE»
Le message du Pape au Synode
La "route" indiqué par François: dialogue franc à l'intérieur et écoute à l'extérieur

Andrea Tornielli
http://vaticaninsider.lastampa.it
27 octobre 2014
------

«Il faut vaincre la tendance au cléricalisme, que je résume dans un conseil reçu une fois, quand j'étais jeune: "Si tu veux avancer, pense clairement et parle de façon obscure". Une invitation à l'hypocrisie. Il faut l'éviter à tout prix».
Dans ces mots, confiés il y a un an par François aux supérieurs des ordres religieux, réside la clé pour comprendre ce qui s'est passé au Synode extraordinaire sur la famille.

Une assemblée qui est seulement la première étape d'un long parcours et qui s'est conclue avec des accents inédits d'attention et de proximité aux familles «blessées», aux couples, mariés civilement, et même à la cohabitation. Mais qui sur certains points «chauds» - la possibilité de réadmettre dans certains cas et sous certaines conditions, les divorcés remariés aux sacrements, et la pastorale des personnes homosexuelles - n'ont pas obtenu l'approbation des deux tiers des Pères synodaux.
Un Synode caractérisé comme jamais auparavant, par la liberté de parole absolue, sollicité dès le début des travaux par François lui-même.
«L'Eglise a toujours eu une grande variété de critères et de regards sur la réalité, sur les aspects théologiques et pastorale - explique le prêtre argentin Eduardo De Paola, qui connaît Bergoglio depuis de nombreuses années - mais cette diversité était un courant sourd et muet qui coulait en souterrain, et qui, de temps en temps, grâce à des situations particulières, émergeait à la surface, timidement, cherchant à ne pas créer de conflits».
Cette fois, au contraire, les différentes positions n'ont pas été étouffées. Elles sont apparues avec clarté, après que François ait invité à s'exprimer sans penser à devoir plaire Pape et sans aucune crainte.
«Le couvercle a été soulevé. Ce qui se dessine n'est pas encore tout ce qu'il y a à dire. D'abord, doivent sortir toutes les tensions accumulées, les idéologies réprimées, les conflits personnels», explique le père de Paola. Ils doivent émerger et dissiper les vapeurs comprimées durant une longue période.

D'un côté, il y a ceux qui ont affirmé que sur certains arguments, il n'était même pas opossible d'uvrir un débat: c'est la ligne incarnée notamment par certains cardinaux de la Curie, comme le préfet de l'ex-Saint-Office Gerhard Ludwig Müller et le préfet de la Signature Apostolique Leo Raymond Burke, fortement soutenu dans la salle des débats par le Préfet de la Congrégation pour les évêques, Ouellet, et le «ministre de l'Economie» George Pell.
De l'autre, il y a ceux qui se sont déclarés en faveur de l'approfondissement de la possibilité d'admettre, dans certains cas, les remariés aux sacrements, et ont proposé une attitude plus inclusive et accueillante pour les homosexuels, comme l'a fait le cardinal Reinhard Marx au nom des évêques allemands, le cardinal Christoph Schönborn de Vienne et l'Italien Mgr Bruno Forte. Le thème des gays, marginal par rapport à la réflexion sur les défis concernant la famille, et mentionné dans les textes préparatoires, en particulier en ce qui concerne l'attitude à prendre envers les enfants vivant avec ces couples, a fini par devenir la question la plus controversée du Synode, à cause de la formulation notablement 'ouverturiste' (et peu représentatif des humeurs de la salle) contenue dans le document de travail de mi-parcours, ensuite amendé dans la version finale. Un texte qui a provoqué la vive réaction des évêques africains.

Aux «tentations» auquel il a assisté dans la salle, citées dans son discours final - celle du «durcissement hostile» de ceux qui se considèrent comme «maîtres» de la doctrine, et celle du «buonisme destructeur, qui au nom d'une miséricorde trompeuse bande les blessures sans les traiter et les soigner avant»- François a opposé l'attitude des «vrais pasteurs» qui «portent sagement dans leurs cœurs les joies et les larmes de leurs fidèles».

La méthode de la «parrêsia» (ndt: franchise, liberté de parole!!!) c'est-à-dire de la franchise à s'exprimer sans crainte respectueuse, et de l'«écoute humble», a produit un effet auquel l'Église n'était plus habituée. Et elle ne peut pas manquer d'avoir des répercussions au niveau local. Il est difficile, en effet, d'imaginer que désormais, dans un synode diocésain, il n'y aura personne pour réclamer la même franchise, la même liberté d'expression.

Le thème de la pastorale des familles en difficulté et des sacrements aux divorcés remariés, cependant, n'est pas nouveau. La dernière fois qu'il avait émergé, c'était lors de l'édition 2012 du Synode sur la Nouvelle Évangélisation de 2012. Benoît XVI, figure beaucoup plus complexe que certains clichés dans lesquels ont tenté de l'enfermer certains soi-disant «ratzingeriens», en Juin de cette année, lors de la rencontre mondiale des Familles à Milan, avaient utilisé des mots de pasteur montrant qu'il «portait dans son cœur» les joies et les larmes des fidèles: «Le problème de divorcés remariés est une des grandes souffrances de l'Eglise aujourd'hui. Et nous ne disposons pas de recettes simples».

«Il serait erroné de lire ce qui est arrivé au Synode avec les catégories utilisées pour l'information parlementaire - dit à La Stampa le Père Antonio Spadaro, directeur de la Civiltà Cattolica - en parlant de minorités et de majorités. L'Église n'est pas une assemblée parlementaire et ne doit pas être lue avec des catégories politiques. Et ceci également au moment de voter, car on a toujours voté dans le cours de son histoire. Pensez au conclave. Il est par contre important de noter que dans le dialogue se sont confrontés, avec pleine liberté d'expression, des positions différentes entre elles».
«Ce qui en est sorti - conclut Spadaro - ce sont au fond deux approches, deux visions différentes de l'Église et la relation entre l'Eglise et l'histoire, avec le monde».

http://benoit-et-moi.fr/2014-II/actualites/lannee-zero-de-leglise.html

Démondaniser l'Eglise

Démondaniser l'Eglise
Re-reprise d'un discours important de Benoît XVI, récupéré plus tard par des faussaires de l'information comme grande nouveauté - et slogan - pour le Pontigficat de François (30/10/2014)


Il y a une raison supplémentaire pour estimer qu'il est de nouveau actuel de retrouver la vraie « dé-mondanisation », de retirer courageusement ce qu'il y a de « mondain » dans l'Église. Naturellement, ceci ne signifie pas se retirer du monde, bien au contraire.

Le thème de la nécessité de démondanisation de l'Eglise a volontiers été utilisé comme un slogan, et ceci dès mars 2013 par ceux qui veulent non pas seulement opposer les deux Papes uniquement pour exalter le nouveau au détriment de l'ancien, mais prouver que l'élection de François a vraiment été "l'année zéro de l'Eglise" , selon les mots de Tornielli.
Mais cette idée avait déjà été TRES amplement développée par Benoît XVI, dans le discours prophétique - largement ignoré par les médias, mais surtout, et c'est plus grave, par l'ensemble des clercs - prononcé à Fribourg le 25 septembre 2011, devant les catholiques engagés dans la société. Ce qui, dans la bouche de Benoît XVI était pour eux un simple discours de routine (!!), à la limite de l'ennui, et donc à archiver rapidement, voire à passer sous silence (pensez donc, il est bien plus intéressant de gloser sur les affaires de pédophilie et l'homophobie de l'Eglise... sous Benoît XVI!), est devenu, sans doute par l'opération "de l'Esprit" une grandiose prophétie, et la marque-slogan d'un Pontificat, destinée à faire date.
Mgr Gänswein l'a évoqué à plusieurs reprises, voulant officiellement souligner la continuité entre les deux papes, mais gardant sans doute au fond de son coeur une certaine amertume pour l'oubli de la paternité de la formule.

Ce que le discours, relu à tête reposée un an et demi après sa récupération, souligne le plus, c'est que Benoît XVI n'avait pas attendu "l'année zéro" pour exhorter l'Eglise à "sortir" d'elle-même [la syllabe "mondan" y apparaît pas moins de six fois, dans les mots "mondain", "mondanisé(e)", ""dé-mondanisation"].

Discours du Pape

Chers Confrères dans le ministère épiscopal et sacerdotal !
Mesdames et Messieurs !


Je suis heureux de cette rencontre avec vous qui êtes engagés de multiples manières pour l'Église et la société. Ceci m'offre une occasion appréciée de vous remercier ici personnellement de tout cœur pour votre service et votre témoignage comme « hérauts puissants de la foi en ce qu'on espère » (Lumen gentium, n. 35). Ainsi le Concile Vatican II désigne les personnes qui, comme vous, se préoccupent pour le présent et l'avenir de la foi. Dans votre milieu de travail vous défendez volontiers la cause de votre foi et de l'Église, comme nous le savons, chose qui n'est vraiment pas toujours facile dans les temps actuels.

Depuis des décennies, nous assistons à une diminution de la pratique religieuse, nous constatons une croissante prise de distance de la vie de l'Église d'une partie notable de baptisés.
Jaillit alors la question : est-ce que, par hasard, l'Église ne doit pas changer ? Est-ce que, par hasard, dans ses services et ses structures, elle ne doit pas s'adapter au temps présent, pour rejoindre les personnes d'aujourd'hui qui sont en recherche et dans le doute ?

À la bienheureuse Mère Térésa il fut demandé un jour de dire quelle était, selon elle, la première chose à changer dans l'Église. Sa réponse fut : vous et moi !

Ce petit épisode nous rend évidentes deux choses. D'une part, la religieuse entend dire à son interlocuteur que l'Église n'est pas uniquement les autres, la hiérarchie, le Pape et les Évêques ; l'Église, nous la sommes tous : nous, les baptisés. Par ailleurs, elle part effectivement du présupposé : oui, il y a motif pour un changement. Il existe un besoin de changement. Chaque chrétien et la communauté des croyants dans son ensemble, sont appelés à une conversion continuelle.

Comment doit se configurer concrètement ce changement ? Est-ce qu'il s'agit, peut-être, d'un renouveau comme le réalise par exemple le propriétaire d'une maison à travers une restructuration ou une nouvelle peinture de son immeuble ? Ou bien s'agit-il ici d'une correction, pour reprendre le cap ou parcourir un chemin de façon plus allègre et directe ? Ces aspects et d'autres ont certainement leur importance, et il ne peut être question ici de tous. Mais pour ce qui regarde le motif fondamental du changement, il s'agit de la mission apostolique des disciples et de l'Église elle-même.

En effet, l'Église doit toujours de nouveau vérifier sa fidélité à cette mission. Les trois évangiles synoptiques mettent en lumière différents aspects du mandat de cette mission : la mission se base d'abord sur l'expérience personnelle : « Vous êtes témoins » (Lc 24, 48) ; elle s'exprime en relation : « De toutes les nations faites des disciples » (Mt 28, 19) ; elle transmet un message universel : « Proclamez l'Évangile à toute la création » (Mc 16, 15). Cependant, à cause des prétentions et des conditionnements du monde, ce témoignage est toujours obscurci, les relations sont aliénées et le message est relativisé. Si ensuite l'Église, comme le dit le Pape Paul VI, « cherche à se rendre conforme à l'idéal que le Christ lui propose, du même coup se dégage tout ce qui la différencie profondément du milieu humain dans lequel elle vit et qu'elle aborde » (Encyclique Ecclesiam suam, n. 60). Pour réaliser sa mission, elle devra prendre continuellement distance de son milieu, se « dé-mondaniser » pour ainsi dire.

La mission de l'Église, en effet, découle du mystère du Dieu un et trine, du mystère de son amour créateur. Et l'amour n'est pas seulement présent de quelque façon en Dieu : Lui-même est amour ; de par Sa nature, Il est l'amour. Et l'amour divin ne veut pas être seulement pour soi, il veut se répandre conforment à sa nature. Dans l'incarnation et dans le sacrifice du Fils de Dieu, l'amour a rejoint l'humanité de manière particulière. Et cela de la manière suivante : le Christ, le Fils de Dieu, est sorti de la sphère de son être Dieu, Il s'est fait chair et Il est devenu homme ; et cela non seulement pour confirmer le monde dans son être terrestre, et partager Sa condition qui -la laissant immutable- la transforme. De l'événement christique fait partie le fait incompréhensible qu'il existe – comme disent les Pères de l'Église – un sacrum commercium, un échange entre Dieu et les hommes. Les Pères l'expliquent de cette manière : Nous n'avons rien à donner à Dieu, nous ne pouvons que lui présenter nos péchés. Il les accepte et se les fait Sien, et Il nous donne lui-même et Sa gloire en échange. C'est là un échange vraiment inégal qui se déploie dans la vie et les souffrances du Christ. Il devient pécheur, se charge du péché ; Il prend ce qui est nôtre et nous donne ce qui est le Sien. Mais continuant à réfléchir et à vivre dans la foi, il devient évident que nous ne Lui donnons pas uniquement le péché, mais qu'Il nous autorise, qu'Il nous donne une force intérieure pour Lui pour donner également du positif : notre amour Lui donne, de manière positive, l'humanité. Il est clair, naturellement, que ce n'est que grâce à la bonté de Dieu, que l'homme, le mendiant, reçoit la richesse divine, que Dieu peut donner quelque chose, que Dieu nous rend acceptable le cadeau en nous rendant capables d'être pour Lui des offrants.

L'Église se doit elle-même totalement à cet échange inégal. Elle ne possède rien par elle-même face à Celui qui l'a fondée, de sorte qu'elle pourrait donc dire : Nous avons fait cela très bien ! Son sens consiste à être un instrument de la rédemption, de se laisser pénétrer par la parole de Dieu et de transformer le monde en l'introduisant dans l'union d'amour avec Dieu. L'Église s'immerge dans l'attention complaisante du Rédempteur envers les hommes. Elle est là où vraiment elle est elle-même, toujours en mouvement, se mettant continuellement au service de la mission, qu'elle a reçue du Seigneur. C'est pourquoi elle doit toujours s'ouvrir aux préoccupations du monde -auquel elle appartient-, se consacrer sans réserve à elles, pour continuer et rendre présent l'échange sacré qui a commencé avec l'Incarnation.

Cependant, dans le développement historique de l'Église se manifeste aussi une tendance contraire : c'est celle d'une Église qui est satisfaite d'elle-même, qui s'installe dans ce monde, qui est autosuffisante et s'adapte aux critères du monde. Elle donne assez souvent à l'organisation et à l'institutionnalisation, une importance plus grande qu'à son appel à l'ouverture vers Dieu, qu'à l'espérance du monde pour l'autre.

Pour correspondre à sa véritable tâche, l'Église doit toujours de nouveau faire l'effort de se détacher de sa « mondanité » pour s'ouvrir à Dieu. C'est ainsi qu'elle suit les paroles de Jésus : « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde » (Jn 17, 16), et c'est ainsi qu'Il se donne au monde.
En un certain sens, l'histoire vient en aide à l'Église à travers les diverses périodes de sécularisation, qui ont contribué de façon essentielle à sa purification et à sa réforme intérieure.

En effet, les sécularisations – qui furent l'expropriation de biens de l'Église ou la suppression de privilèges ou de choses semblables – signifièrent chaque fois une profonde libération de l'Église de formes de « mondanité » : elle se dépouille, pour ainsi dire, de sa richesse terrestre et elle revient embrasser pleinement sa pauvreté terrestre. Ainsi, l'Église partage le destin de la tribu de Lévi qui, selon l'affirmation de l'Ancien Testament, était la seule tribu en Israël qui ne possédait pas de patrimoine terrestre mais elle avait pris exclusivement Dieu lui-même, sa parole et ses signes comme part d'héritage. Avec cette tribu, l'Église partageait en ces moments historiques l'exigence d'une pauvreté qui s'ouvrait vers le monde, pour se détacher de ses liens matériels, et ainsi son agir missionnaire redevenait également crédible.

Les exemples historiques montrent que le témoignage missionnaire d'une Église « dé-mondanisée » est plus clair. Libérée du fardeau et des privilèges matériels et politiques, l'Église peut se consacrer mieux et de manière vraiment chrétienne au monde entier ; elle peut être vraiment ouverte au monde. Elle peut à nouveau vivre avec plus d'aisance son appel au ministère de l'adoration de Dieu et au service du prochain. La tâche missionnaire qui est liée à l'adoration chrétienne, et qui devrait déterminer la structure de l'Église, se rend visible plus clairement. L'Église s'ouvre au monde non pour obtenir l'adhésion des hommes à une institution avec ses propres prétentions de pouvoir, mais pour les faire rentrer en eux-mêmes et ainsi les conduire à Celui dont toute personne peut dire avec Augustin : Il est plus intime à moi-même que moi-même (cf. Conf. 3, 6, 11). Lui, qui est infiniment au-dessus de moi, est toutefois tellement en moi-même jusqu'à être ma véritable intériorité. Par ce style d'ouverture de l'Église au monde, est tracée aussi en même temps la forme dans laquelle l'ouverture au monde de la part de chaque chrétien peut se réaliser de façon efficace et appropriée.

Il ne s'agit pas ici de trouver une nouvelle stratégie pour relancer l'Église. Il s'agit plutôt de déposer tout ce qui est uniquement tactique, et de chercher la pleine sincérité, qui ne néglige ni ne refoule rien de la vérité de notre aujourd'hui, mais qui réalise pleinement la foi dans l'aujourd'hui, la vivant justement, totalement dans la sobriété de l'aujourd'hui, la portant à sa pleine identité, lui enlevant ce qui est seulement apparemment foi, mais qui n'est en vérité que convention et habitude.

Disons-le encore avec d'autres mots : la foi chrétienne est toujours pour l'homme un scandale, et cela pas uniquement en notre temps. Que le Dieu éternel se préoccupe de nous êtres humains, qu'Il nous connaisse ; que l'Insaisissable soit devenu en un moment déterminé saisissable ; que l'Immortel ait souffert et soit mort sur la croix ; qu'à nous, êtres mortels, soient promises la résurrection et la vie éternelle – croire tout cela est pour les hommes, une véritable exigence.

Ce scandale, qui ne peut être aboli si on ne veut pas abolir le christianisme, a malheureusement été mis dans l'ombre récemment par d'autres scandales douloureux impliquant des annonciateurs de la foi. Une situation dangereuse se crée quand ces scandales prennent la place du skandalon premier de la Croix et le rendent ainsi inaccessible, c'est-à-dire quand ils cachent la véritable exigence chrétienne derrière l'inadéquation de ses messagers.

Il y a une raison supplémentaire pour estimer qu'il est de nouveau actuel de retrouver la vraie « dé-mondanisation », de retirer courageusement ce qu'il y a de « mondain » dans l'Église. Naturellement, ceci ne signifie pas se retirer du monde, bien au contraire. Une Église allégée des éléments « mondains » est capable de communiquer aux hommes – à ceux qui souffrent comme à ceux qui les aident – justement aussi dans le domaine socio-caritatif, la force vitale particulière de la foi chrétienne. « La charité n'est pas pour l'Église une sorte d'activité d'assistance sociale qu'on pourrait aussi laisser à d'autres, mais elle appartient à sa nature, elle est une expression de son essence même, à laquelle elle ne peut renoncer » (Deus caritas est, n. 25). Certainement, les œuvres caritatives de l'Église doivent aussi continuellement prêter attention à l'exigence d'un détachement approprié du monde pour éviter que, face à un éloignement croissant de l'Église, leurs racines ne se dessèchent. Seule la relation profonde avec Dieu rend possible une pleine attention à l'homme, de même que sans l'attention au prochain la relation à Dieu s'appauvrit.

Être ouverts aux événements du monde signifie donc pour l'Église « dé-mondanisée » témoigner selon l'Évangile de la domination de l'amour de Dieu, en paroles et par les œuvres, ici et aujourd'hui. Et en outre, cette tâche renvoie au-delà du monde présent. En effet, la vie présente inclut le lien avec la vie éternelle. Comme individus, et comme communauté de l'Église, nous vivons la simplicité d'un grand amour qui, dans le monde, est en même temps la chose la plus facile et la plus difficile, parce qu'elle exige rien de plus et rien de moins que le don de soi-même.

Chers amis, il me reste à implorer pour nous tous la bénédiction de Dieu et la force de l'Esprit Saint, afin que nous puissions, chacun dans son propre champ d'action, reconnaître toujours de nouveau l'amour de Dieu et sa miséricorde et en témoigner. Je vous remercie pour votre attention.

© Copyright 2011 - Libreria Editrice Vaticana

Un Pape qui dit et ne dit pas

http://benoit-et-moi.fr/2014-II/actualites/un-pape-qui-dit-et-ne-dit-pas.php

DECLARACIÓN DEL INSTITUTO DE FILOSOFÍA PRÁCTICA ACERCA DE LA ESCLAVITUD « CATAPULTA

DECLARACIÓN DEL INSTITUTO DE FILOSOFÍA PRÁCTICA ACERCA DE LA ESCLAVITUD « CATAPULTA

                                   "En Cristo no hay libre ni esclavo".

                                                                   San Pablo, Epístola a los gálatas.

I.

Estamos ante el "todo vale" para justificar lo injustificable; todo vale, hasta la mentira, pues como afirmó el impío Voltaire: "mentid que algo queda". Pero lo más grave es que los mentirosos de hoy son prelados o católicos prominentes.

Esto nos obliga a ocuparnos del tema de la esclavitud, en defensa del honor de la Iglesia y para desenmascarar a dos ignorantes, en el mejor de los casos, o a dos mentirosos, si saben de qué están hablando.

El primero, es el arzobispo Víctor Manuel Fernández, rector de eso que en un tiempo fue la Universidad Católica Argentina Santa María de los Buenos Aires. En declaraciones formuladas en Roma dijo: "La Iglesia hace algunos siglos aceptaba pacíficamente la esclavitud y cambió de idea porque hubo una evolución en la doctrina y eso sigue pasando". ("Si repetimos lo que dijimos siempre, la Iglesia no crece", La Nación, 9/10/2014).

El segundo, es el director de la revista "Criterio", quien en artículo titulado "Un encuentro abierto a temas complejos", La Nación, 19/10/2014, con la misma irresponsabilidad, muestra diez días después, la misma ignorancia y la pone en boca de obispos que no cita: "La Iglesia… convivió durante siglos con el escándalo de la esclavitud sin advertir su sustancial incoherencia".

Pero ahora nos enteramos que existe un tercer protagonista más importante: Mons. John Ha Tiong Hock, cardenal y presidente de la Conferencia Episcopal de Malasia, Singapur y Brunei, quien dijo en el Sínodo: "así como la Iglesia cambió de doctrina sobre la esclavitud, así también deberá hacerlo ahora con los homosexuales" (Sandro Magister, 22/10/2014, www. chiesa. expressonline.it)

¿Serán nuestros críticos vernáculos originales o repetirán como loros o papagayos las afirmaciones del cardenal asiático?

II.-

El texto paulino que sirve como capitel completo dice: "En Cristo… ya no hay judío ni griego, ni libre ni esclavo, ni hombre ni mujer, ya que todos vosotros sois uno en Cristo Jesús (Gálatas, 3, 27/28).

El mismo San Pablo explica su posición respecto a la esclavitud, en un texto explícito, la epístola a su amigo Filemón, con motivo de la liberación del esclavo Onésimo, convertido al cristianismo cuando ambos compartían la prisión, aunque por causas diversas: el apóstol por su fe y el esclavo por hurto en perjuicio de Filemón.

San Pablo remite el esclavo al amo, pero lo hace portador de la carta en la cual dice a Filemón: "aunque tendría plena libertad en Cristo para ordenarte lo que es justo, prefiero apelar a tu caridad… te suplico por mi hijo a quien entre cadenas engendré, por Onésimo…que te remito… Tal vez se te apartó por un momento, para que siempre le tuvieras, no ya como siervo sino como hermano amado, muy amado para mí, pero mucho más para ti, según la ley humana y según el Señor… acógele como a mí mismo. Si en algo te ofendió o algo te debe, ponlo en mi cuenta, yo Pablo, te lo pagaré" (10/19).

Como comentan Eloíno Nácar Fuster y Alberto Colunga O. P., esta epístola "tiene especial interés por referirse al grave problema de la esclavitud. La vida económica y social antigua se apoyaba en la servidumbre… San Pablo exhorta a los siervos a obedecer a sus amos y a éstos a tratarlos con caridad (Efesios, 6, 5/9). No se cree llamado a cambiar el estado de aquellos infelices sino predicando a todos que son libres en Cristo, iguales ante el Padre Celestial y hermanos en Jesucristo, (I Corintios, 7, 21/23).

San Pablo es un gran apóstol. Saca el tema de la esclavitud del ámbito jurídico y lo coloca en la órbita de la caridad. No lanza contra la esclavitud un grito estéril sino que erosiona sus fundamentos. Como señala el destacado teólogo protestante Emil Brunner, "la institución de la esclavitud se disuelve desde dentro hacia afuera, y se sustituye por el orden de la comunidad de amor, sin la interferencia del orden mundanal… los cristianos tenían algo mucho más importante que hacer que protestar contra algo que no podían modificar y que una lucha abierta contra esa injusticia en aquella situación no habría conseguido suprimirla, antes bien, por el contrario, habría provocado un aumento de dicha injusticia" ("La justicia", Universidad Nacional Autónoma de México, ps. 134/135). Entonces, ¿dónde está la evolución de la doctrina?

III.-

Esta es una declaración y tiene sus límites. Sin embargo, debemos señalar algunos hitos en la historia de la Iglesia para defenderla.

Después de los tiempos apostólicos, la Patrística se ocupa del tema y así Lactancio afirma: "para nosotros no hay siervos sino que a éstos los consideramos y llamamos hermanos en el espíritu"; San Gregorio Nacianceno declara incompatible a la esclavitud con el cristianismo, el Papa Calixto, contra las leyes romanas, autoriza el matrimonio de libres con esclavos o libertos; San Ambrosio vende los vasos sagrados para liberar esclavos; San Clemente Romano exalta el ejemplo de los cristianos heroicos que se sometieron a esclavitud para liberar a otros cuya fe y costumbres estaban en peligro.

Constantino prohíbe marcar en la cara a los esclavos, crucificarlos, declara culpable de homicidio al amo que mate a algún esclavo; Justiniano castiga el rapto de una mujer esclava con la misma pena que el de la libre, permite a los senadores esposar esclavas y prohíbe separar del suelo a los esclavos.

Con todo esto, preguntamos a los ignorantes o mentirosos vernáculos ¿la Iglesia no tuvo nada que ver?

En la Edad Media observamos una evolución saludable de la esclavitud que se transforma en servidumbre. San Gregorio Magno establece normas muy concretas sobre el buen tratamiento de los siervos.

San Pedro Nolasco funda en 1218 la Orden de la Merced para rescatar a quienes eran cautivos o esclavos de los musulmanes, intercambiando los frailes muchas veces su propia vida por la de aquéllos; hoy la Orden mantiene su carisma ante nuevas realidades agraviantes de la dignidad humana que se presentan.

En la Edad Moderna reaparece la esclavitud en el siglo XV con la trata de negros. La Iglesia interviene y en 1462 el Papa Pío II la califica como un "gran crimen". Paulo III en 1537 excomulga a quienes redujesen a los indios a esclavitud. En 1608 llega a las Indias San Pedro Claver, apóstol cristiano entre los negros, quien bautizó, según su propia confesión, a 300.000 de ellos. Como escribe el padre Alonso de Sandoval: "Hay que ver la alegría que sienten después de haberse bautizado… No son bestias".

El Papa Gregorio XVI en 1837 publica una encíclica exhortando a los obispos del Brasil a que utilicen todos los medios para acabar con una situación tan lamentable y anticristiana; fue poco eficaz, porque medio siglo después, el 5 de mayo de 1888 León XIII se queja de la situación en su Epístola a los obispos del Brasil sobre la esclavitud.

¿Dónde está arzobispo Fernández la aceptación pacífica de la Iglesia? ¿Dónde está plumífero Poirier la convivencia de siglos con el escándalo de la esclavitud? Si fueran hombres de honor callarían para siempre, pero como ambos carecen de vergüenza intelectual y moral seguirán difamando a la Iglesia, de cuya leche ambos maman.

¿Por qué no denuncian que el tráfico de esclavos estuvo principalmente a cargo de holandeses, genoveses y portugueses, y que en 1713 el tratado de Utrecht concede a Gran Bretaña el monopolio del mercado de esclavos por traición de los Borbones a la tradición hispánica? ¿Por qué no denuncian que en la Argentina se reimplantó la esclavitud después de Caseros, al comprometerse a otorgar la extradición de los esclavos de amos brasileros que hubieran pasado a nuestro territorio, según tratado ratificado por Urquiza el 4/10/1858? (ver Julio Alberto Barberis, "La política del Brasil en la Cuenca del Plata", Cabildo, n°4, agosto de 1973).

IV.-

¿Por qué, en todo caso, no se ocupan ambos de denunciar la esclavitud hoy, como lo han hecho los últimos pontífices? ¿Por qué no empiezan, si quieren ser eficaces, apoyando la campaña "no estoy en venta" lanzada por los misioneros salesianos y colaboran con la liberación de los niños esclavos, que suman más de un millón?

¿Dónde están esos niños? preguntarán los botarates. Según la OIT (Organización Internacional del Trabajo) cerca de 400.000 menores permanecen esclavos, víctimas del tráfico y la trata de personas sólo en África Occidental (Benin, Nigeria, Costa de Marfil, Togo y Sierra Leona presentan los mayores niveles).

Esos chicos son víctimas de la bestialidad de las mafias que los venden como esclavos a partir de 30 euros a pedófilos, dueños de fábricas, explotaciones mineras, agrícolas, etc. (InfoCatólica, 25/7/2014).

¿Por qué no se ocupan de averiguar que hoy existen alrededor de 30 millones de esclavos en la India, China, Mauritania (el 4% de la población), Haití, Pakistán? ¿Por qué no denuncian que Arabia Saudita sigue practicando la esclavitud que abolió jurídicamente en 1962? ¿Por qué no señalan que en el Islam no existen abolicionistas, ya que Mahoma tuvo esclavos? ¿Qué sólo en el 2011 en Pakistán se secuestraron 700 cristianas luego vendidas como esclavas? Todo esto es avalado por Abu Ishaq al-Huwaini, famoso predicador sunita que en el 2011 ratificó su pensamiento en las pantallas de Hikma TV: "El Islam justifica el saqueo, la esclavitud y la violencia de los infieles", y por el jeque Salem Al-Fawzán: "la esclavitud es una parte del Islam y aquél que quiera abolirla es un infiel".

¿Por qué no se asoman a la realidad de lo que pasa hoy en tantos países desde Nigeria hasta Siria e Irak? Asesinatos, raptos, esclavitud de cristianos por ser cristianos y no renegar de su fe. ¿Por qué no protestan por las víctimas esclavizadas por Boko Haram (de Malí a Somalía)? ¿Por qué no reclaman por las pobres mujeres yazidi, muchas menores vendidas hoy como esclavas por los asesinos de sus padres y maridos, por los homicidas del Estado Islámico (ISIS), por esos chicos yazidis sepultados vivos en las arenas del Norte de Irak? (Corriere della Sera, 11/8/14).

¿Por qué no señalan en la misma Italia las esclavitudes existente como las esclavas rumanas en la campaña de Ragusa?, "algunas de las cuales acaban por ejercer la prostitución en las discotecas rurales, mientras la mayor parte quedan atrapadas en un concubinato forzoso con sus patroncitos" (Corriere della Sera, 23/10/2014). Es un sacerdote italiano, don Beniamino Sacco, y no nuestros alcahuetes vernáculos, quien denuncia los "festivales agrícolas", tristes bunga bunga en los cuales el plato principal son las mujeres rumanas.

V.-

Finalmente, ¿por qué no averiguan lo que pasa hoy en la Argentina, en la cual por lo menos medio millón de personas viven en situación real de esclavitud, mezclada con la trata de personas y el narcotráfico?

Solo en el Gran Buenos Aires existen quince mil talleres clandestinos con mano de obra esclava. Las víctimas duermen en el lugar de trabajo, carecen de libertad para entrar y salir, sus jornadas laborales son de 14 a 16 horas, como en las llamadas por Marx "épocas orgiásticas del capital", y reciben salarios de miseria, una burla en materia de justicia conmutativa.

La captación se produce muchas veces por el engaño en los países limítrofes: falsas promesas de retribución en dólares y provisión de esclavas sexuales para los ocho mil prostíbulos que existen en el país. Como señala Gustavo Vera, presidente de La Alameda, las víctimas ya ingresan endeudadas por los gastos de viaje y alojamiento.

En el norte tenemos el caso de los trabajadores "golondrina" explotados por algún capanga y como en los casos anteriores carentes de obra social, seguro, jornada limitada, descanso, vacaciones, etc.

Esta es la realidad de la Argentina de hoy que como cristianos denunciamos. No aceptamos la esclavitud ni queremos convivir con ella. Esperamos que nuestra denuncia despierte a tantos argentinos dormidos y colonizados por los Fernández y los Poirier, entre muchos otros. ¡Pobre Argentina!, ¿hacia dónde va con ese dúo de ignorantes o quizá, mentirosos?

Buenos Aires, octubre 27 de 2014.

Enrique Roulet                                                        Bernardino Montejano

Prosecretario                                                                  Presidente


Misericordia. Ma per chi?  –  di Giovanni Lugaresi | Riscossa Cristiana

http://www.riscossacristiana.it/misericordia-ma-chi-di-giovanni-lugaresi/

DISCOURS DE SAINT ATHANASE CONTRE LES ARIENS


Toute sagesse procède du Christ, Sagesse incréée du Père

Puisque l'empreinte créée de la Sagesse existe en nous et en toutes ses œuvres, il est tout à fait juste que la Sagesse véritable et créatrice, appliquant à elle-même ce qui concerne son empreinte, dise : Le Seigneur m'a créée en vue de ses œuvres. Cette parole dite par la Sagesse qui est en nous, le Seigneur se l'attribue à lui-même.

Bien entendu, il n'est pas créé, lui qui est le Créateur, mais il dit cela comme pour lui-même, à cause de son image créée qui se trouve dans ses œuvres. Le Seigneur Jésus a dit : Qui vous accueille m'accueille, parce que son empreinte est en nous ; de même, sans faire partie des choses créées, mais parce que son empreinte et son image sont imprimées dans ses œuvres par la création, il dit, comme si cela le concernait lui-même :Le Seigneur m'a créé au commencement de ses voies en vu de ses œuvres.

C'est ainsi que l'empreinte de la Sagesse est apparue dans ses œuvres, afin que le monde y reconnaisse le Verbe, son Créateur et, par celui-ci, le Père. Saint Paul avait dit : Ce que l'on peut connaître de Dieu est manifesté en eux ; car Dieu le leur a manifesté. Depuis la création du monde, les hommes, avec leur intelligence, peuvent voir, à travers les œuvres de Dieu, ses perfections invisibles. Le Verbe n'est donc pas une créature par son essence, mais la parole des Proverbes concerne la sagesse qui est en nous.

Cependant, si les Ariens refusent de le croire, qu'ils répondent à cette question : Y a-t-il de la sagesse dans les choses créées, ou non ? S'il n'y en a pas, comment l'Apôtre peut-il faire ce reproche : Puisque le monde, par la sagesse, n'a pas reconnu Dieu dans la sagesse de Dieu ? Ou bien, s'il n'y a pas de sagesse, pourquoi l'Écriture mentionne-t-elle la multitude des sages, et dit-elle : Le sage, avec frayeur se détourne du mal, et encore : C'est par la sagesse qu'on bâtit une maison ?L'Ecclésiaste dit lui aussi : La sagesse de l'homme illumine son visage. Et il blâme ainsi les présomptueux : Ne dis pas : Comment se fait-il que le passé soit meilleur que le présent ? Ce n'est pas une question inspirée par la sagesse.

Il y a de la sagesse dans les choses créées, comme dit le Siracide : Le Seigneur a diffusé la Sagesse sur toutes ses œuvres, sur toute chair, dans sa générosité, et il en a gratifié ceux qui l'aiment. Cette « diffusion » ne caractérise nullement l'essence de la Sagesse qui existe en elle-même et qui est son Fils unique, mais celle de la sagesse dont l'image est imprimée dans le monde créé. Qu'y a-t-il d'incroyable à ce que la Sagesse créatrice et véritable, dont l'image est diffusée dans le monde sous forme de sagesse et de connaissance, dise comme s'il s'agissait d'elle-même : Le Seigneur m'a créée en vue de ses œuvres ? En effet, la sagesse qui est dans le monde, n'est pas créatrice, elle est créée dans les œuvres de Dieu, et c'est par elle que les cieux racontent la gloire de Dieu, et que l'œuvre de ses mains, le firmament l'annonce.